Gif-Detox-digitale

GM & S ou le défi de la loi de la pesanteur

GM & SGM&S est une parabole de la vieille France industrielle qui n’en finit pas de se débattre pour ne pas mourir et ce, alors que tous les vents lui sont contraires.

Tout d’abord sur le long terme, l’entreprise a été ballotée au gré des évolutions macro-économiques des constructeurs automobiles.

Dans les années 90, avec l’ouverture de l’Europe de l’Est, apparaissent une concurrence à bas coût et de nouveaux marchés.

Les constructeurs s’y ruent en ouvrant des usines d’assemblage automobile qui, elles-mêmes, y entrainent des fournisseurs de rang 1 et 2.

C’est alors que le monde de la concurrence pour les équipementiers s’élargit progressivement à ces nouveaux acteurs à bas coût, et commence à décimer nos usines françaises, qui ne sont plus concurrentielles si elles n’offrent pas de produits et/ou services uniques.

Pour aggraver les choses, les constructeurs automobiles français ont en parallèle externalisé leurs usines de production de pièces (afin de profiter de cette concurrence accrue) et se recentrer sur les sous-ensembles stratégiques (tels que les moteurs) et l’assemblage des véhicules.

GM & S est un exemple-type de ces mouvements tectoniques de l’industrie automobile européenne.

Sa taille modeste, son coût de production élevé, sa dépendance forte à peu de clients historiques, les coûts d’investissements toujours plus élevés, sa difficulté à se positionner dans de nouveaux appels d’offres l’entraine immanquablement dans la spirale du déclin.

C’est ainsi qu’elle passe de mains en mains fréquemment, parcours classique de vieille société qui n’arrive pas à se renouveler.

En ce qui concerne l’aspect social, l’histoire est également tristement classique. Les usines sont généralement à la campagne. Le canton est dépendant d’un ou deux employeurs. Les salariés sont donc liés au sort de leur employeur et si les choses se passent mal, ils devront souvent déménager pour trouver un autre travail.

De reprise en reprise, les salariés de GM & S s’épuisent et réagissent très mal.

Sur le blouson d’un salarié GM&S, le 4 octobre 2017. AFP/Pascal Lachenaud. Crédits : LeParisien.fr

Sur le blouson d’un salarié GM&S, le 4 octobre 2017. AFP/Pascal Lachenaud. Crédits : LeParisien.fr

Les mouvements sociaux lors de périodes de redressement judiciaire font typiquement fuir un éventuel repreneur. Une reprise à la barre du tribunal est une affaire compliquée et risquée. Aussi, lorsque la dynamique de l’entreprise est à la révolte, ce facteur clé qu’est l’humain suffit à décourager un éventuellement repreneur.

Quand de surcroît, il y a sabotage de l’équipement industriel, feu de palettes, menaces sur l’environnement… c’est le coup de grâce.

Employees of French auto parts manufacturer GM&S demonstrate on September 5, 2017, in front of a plant of French car maker PSA Peugeot Citroen in Poissy, outside Paris. The court on September 4 set its ruling on the only takeover offer of GM&S by French company GMD, which would preserve 120 jobs out of 277, to be handed down on September 7. / AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON Crédits : Lefigaro.fr

Employees of French auto parts manufacturer GM&S demonstrate on September 5, 2017, in front of a plant of French car maker PSA Peugeot Citroen in Poissy, outside Paris. The court on September 4 set its ruling on the only takeover offer of GM&S by French company GMD, which would preserve 120 jobs out of 277, to be handed down on September 7. / AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON Crédits : Lefigaro.fr

Pourtant, GMD a fait une offre de reprise, qui a été acceptée [1] :

“Le tribunal de commerce de Poitiers a validé, jeudi 7 septembre, la reprise pour un euro de l’équipementier automobile GM & S par l’entreprise GMD, un petit groupe spécialisé dans l’emboutissage, la plasturgie, la fonderie et l’étanchéité. La reprise par GMD constituait la seule issue pour éviter la liquidation définitive et le licenciement immédiat des 277 salariés.”

Mais les salariés ont continué à faire la grève, à manifester plutôt que de se remettre immédiatement au travail dans l’optique de profiter du miracle de la survie.

Cela défie la loi de la pesanteur !

La reprise de GMD n’est-elle qu’une reprise de plus dans la spirale descendante de GM & S ou bien un vrai nouveau départ ?

Liens utiles :

———————————

Auteur de cet article :

Patrick DURAND-SMET

Patrick Durand-Smet de double formation ingénieur et commerce (Polytechnique et Wharton) est chef d’entreprise depuis vingt ans. Il a repris diverses sociétés industrielles ou de service. Au fil du temps il s’est spécialisé dans les entreprises qui nécessitaient des changements majeurs, tels que des plans de développements forts, des réorganisations ou même des restructurations. Il a également accompagné des entreprises en redressement judiciaire.
Aujourd’hui il est manager de transition et conseille des sociétés dans des situations délicates.

Contacter la rédaction

SpotPink

Ce formulaire vous permet d'envoyer un mail au webmaster de ce blog.
* indique un champ requis

Types de fichiers autorisés: doc,pdf,txt,gif,jpg,jpeg,png.
Taille maximale des fichiers: 4mb.

À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est Président de SpotPink, conférencière, formatrice, auteure de plusieurs ouvrages, psychosociologue clinicienne, psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6) & bloggeuse sur les thématiques RH et SIRH.
Elle possède 19 années d’expérience professionnelle dans les domaines de la gestion des ressources humaines, du SIRH et de la communication (dont 10 passées sein de Bureaux d’études techniques, cabinets-conseils et prestataires de services). Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Elle organise et anime plusieurs cures de détox. digitale chaque année, avec un accompagnement psychologique inclus.
Elle est co-auteur de quatre ouvrages spécialisés sur les médias sociaux et le Système d’Information en Ressources Humaines :
– Barféty, Jean-Marc, Berthelot, Vincent, Clémentine, Daniel, Geuze, François, Just, Bernard, Lebarbenchon, Anne, Scouarnec, Aline, de Vulliod, Claire-Marie, Blancot, Carole (dir.), Gaspardo, Patrick (dir.), 20 années de SIRH et de services RH, Tampere, Atramenta, 2017, 229 p., disponible aux formats PDF, EPUB et broché.
– Le cercle SIRH, Le SIRH Enjeux, bonnes pratiques et innovation, Paris, Edition Vuibert, 2017 [3e éd.], 448 p.
– Les ressources humaines numériques en 32 témoignages – RH, formation, marque employeur, mooc, Editions Kawa, 2015, 146 p. http://ow.ly/Qj6f30eYK43
– La communication de crise à l’heure des médias sociaux, Editions Atramenta, 2012, 100 p., disponible aux formats PDF, EPUB et broché.
– Inondé sous les e-mails, résistez !, Edition Hachette Pratique, Février 2013, 224 p.
Twitter : @CaroleBlancot

Exprimez-vous !

*

error: