Bannière_SpotPink_2014_vdef

Le burn-out, une maladie professionnelle ?

burn-out 3

Fin mars 2014, un groupe de travail composé d’experts, de médecins et de psychologues est réuni par le ministère du travail. Sa mission ? « Clarifier ce que recouvre le burn-out, pour mieux le prévenir ». Il n’est cependant pas question de traiter des questions de reconnaissance et de réparation. En ce sens, peut-on tout de même considérer le burn-out  comme une maladie professionnelle ?

Le burn-out, c’est quoi ?

burn-out 3Le burn-out résulte de l’entremêlement de trois dimensions.
Tout d’abord l’épuisement émotionnel, qui est le trait central du burn-out. C’en est une condition nécessaire mais non suffisante.
Ensuite la dépersonnalisation de la relation, qui est notamment caractérisée par un manque d’intérêt pour le travail et une attitude interpersonnelle négative. C’est une stratégie de faire face à l’épuisement émotionnel.
Enfin, l’accomplissement personnel réduit qui s’accompagne d’un sentiment de déclin des compétences. Le professionnel s’évalue négativement, son estime de soi baisse, tout comme son sentiment d’auto-efficacité. La chute du sentiment d’accomplissement entraîne la montée de l’épuisement et la perte de l’intérêt pour autrui.

Le burn-out peut donc être défini comme un syndrome d’épuisement émotionnel, de dépersonnalisation et de baisse de l’accomplissement personnel qui apparaît chez les individus impliqués professionnellement auprès d’autrui.

Le burn-out présente ces caractéristiques :

  • la prédominance de symptômes disphoriques tels que l’épuisement mental ou émotionnel.
  • La présence combinée de symptômes mentaux et comportementaux liés au travail, et apparaissant chez une personne dénuée de pathologie mentale antérieure.
  • Enfin, la baisse des performances et de l’efficacité au travail, attribuée aux attitudes et comportements négatifs.

Le burn-out, ça concerne qui ?

Une étude a évalué à trois millions le nombre d’actifs qui présenteraient un risque élevé de développer un burn-out en France. Toutes les catégories professionnelles sont concernées, mais le risque est particulièrement élevé chez les agriculteurs, les artisans, les commerçants, les chefs d’entreprise et les cadres.
Selon cette même étude, les femmes sont généralement plus susceptibles de développer ce syndrome que les hommes.
Les quinquagénaires sont en outre plus exposés au burn-out que les trentenaires.

Et vous, pensez-vous risquer de souffrir de burn-out ?
Pour le savoir, faites le test !

burn-out 2La thèse socio-cognitive propose une continuité entre l’engagement au travail et le burn-out, qui se situeraient aux deux pôles d’un continuum. Le burn-out apparaîtrait effectivement en cas de discordance perçue entre un individu et son environnement professionnel.
On dénombre d’ailleurs six critères d’évaluation du rapport entre une personne et son travail :

  1. les sentiments de justice,
  2. le sentiment d’appartenance au collectif,
  3. le contrôle sur son travail,
  4. le niveau de récompense,
  5. la congruence entre ses propres valeurs et celles de l’organisation,
  6. et enfin, la charge de travail imposée au salarié.

Le sur-engagement au travail est ainsi le point commun à toutes les personnes qui développent un burn-out. Toutefois, avant le sur-engagement, il y a l’engagement. L’individu victime de burn-out apprécie donc son travail et lui accorde une place très importante dans sa vie. Les actifs les plus touchés sont même souvent les meilleurs éléments d’une société. C’est la chronicité des épisodes de détresse qui va pousser le salarié à entrer dans le cercle vicieux du burn-out.

Aujourd’hui, les individus victimes de burn-out réclament à l’unisson que ce syndrome soit reconnu comme une maladie professionnelle par la sécurité sociale. Malheureusement, ils ne sont qu’une minorité à obtenir cette reconnaissance. Pour cela il faut en effet qu’un lien direct avec le travail soit mis en évidence, mais la tâche est plus ardue qu’elle n’y paraît…

Pour en savoir plus :

—————————————————————————————

967206_10203048783969883_1093788964_o-225x30011Aurore LEMONNIER
Chargée de communication et marketing (stagiaire) chez SpotPink. Je suis actuellement en Master 1 de Psychologie, Environnement et Menaces Sociales à l’université Paris Descartes. Véritablement attirée par le domaine de la communication, je m’intéresse plus particulièrement à ses applications en psychologie. Je suis passionnée de théâtre et de littérature. En quête perpétuelle de nouvelles expériences, j’aime voyager à travers le monde. Vous pouvez me suivre sur mon compte Twitter : @AuroreLemonnier

 1941

Article lu 1941 fois au total.
Article lu 1 fois aujourd'hui.
Article lu 124 fois ce mois-ci.
Article lu 1941 fois cette année.

Prévenir le burn-out

B4

B4Le burn-out, ou syndrome d’épuisement professionnel est une maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications du comportement en milieu professionnel.
Son diagnostic le classe dans la catégorie des risques psychosociaux professionnels et comme étant consécutif à l’exposition à un stress chronique lié au travail.

Le burn-out est caractérisé par 3 critères :

  •   L’épuisement émotionnel.
  •   La dépersonnalisation.
  •   La réduction de l’accomplissement personnel.

Les facteurs de risque

Le burn-out étant principalement une conséquence du stress au travail, on retrouve de façon logique des facteurs de stress comme causes de celui-ci. Plusieurs études ont mis en avant ces principaux facteurs :

  •    L’absence de soutien social.
  •    L’absence de reconnaissance du travail effectué.
  •    La perte du sens du travail.
  •    Le manque de contrôle.
  •    La surcharge de travail.
  •    Le sentiment d’inéquité, d’un manque de réciprocité.
  •    La présence de demandes contradictoires.
  •    Le manque de clarté des objectifs et le manque de moyens.

Les signes avant-coureurs du burn-out

Ils peuvent être d’une intensité et d’une durée variables, et peuvent être de nature émotionnelle, physique et cognitive.
Parmi eux on retrouve :

  •  La difficulté à faire le vide, qui se traduit souvent par des troubles du sommeil : cauchemars, insomnies, etc.
  •  Des capacités réduites au travail : perte de concentration, de la mémoire.
  •  Une dévalorisation de son propre travail, on doute sur ses compétences : idées négatives.
  •  Un repli sur soi : volonté de s’isoler socialement, évitement des réunions et des lieux de convivialité au travail (machine à café, restaurant).
  •  Une réaction d’hyperactivité : tentation d’en faire toujours plus pour compenser son incompétence ressentie.
  •  Des émotions exacerbées : tendance à se laisser emporter par la colère, par la tristesse.
  •  Des changements de comportements radicaux : développements de comportements cyniques et contre-productifs.
  •  Des symptômes physiques : migraines, cholestérol, rythme cardiaque.
  •  Le développement d’addictions.

Repérer le burn-out et agir

Quand un cas de burn-out suspecté ou déjà repéré dans l’entreprise, il est recommandé de mettre en place une démarche de prévention des risques psychosociaux, démarche que nous avons déjà exposée dans un précédent billet.

Les chiffres du burn-out

  • Plus de 3 millions de français seraient au bord du burn-out, soit 12,6% des actifs français.
  • Le burn-out est particulièrement élevé chez les agriculteurs (23,5%), chez les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (19,7%) et chez les cadres (19%).
  • Un cas sur 2 d’absentéisme au travail a pour origine le stress chronique.

Pour aller plus loin:

——————————-

Auteure de ce billet:

Emilie RETSIN
Chargée de communication et marketing (stagiaire) chez SpotPink. Je suis en M1 Psychologie, Environnement et Menaces Sociales à l’université Paris Descartes. J’ai un véritable attrait pour le marketing et je m’intéresse plus spécifiquement au rôle que peut tenir la psychologie dans ce domaine.
Vous pouvez me suivre sur Twitter @emilieretsin

803

Article lu 803 fois au total.
Article lu 1 fois aujourd'hui.
Article lu 25 fois ce mois-ci.
Article lu 806 fois cette année.

83ème revue #Paie #RH #GRH & #SIRH (du 06/02/2012) (30 liens)

J’ai sélectionné pour vous, les 30 liens, tweets et articles ci-dessous (par ordre antéchronologique de parution) :

1/ Un agent de l’Education nationale sur sept se dit en épuisement professionnel – Le Nouvel Observateur => http://ow.ly/8MfFn

2/ 69% des femmes considèrent la création d’entreprise plus épanouissante que le salariat => http://ow.ly/8LvA6

3/ Les RH doivent-elles construire une open RH ? Par Stéphane Diébold => http://ow.ly/8LmuE sur @focusrh_fr via @GeraldineDeP

4/ Réseaux sociaux et planification = 2 enjeux majeurs de la gestion des temps => http://ow.ly/8Lkdi

5/ Communication de Recrutement – La Marine Nationale recrute 3000 marins et lance son application facebook => http://ow.ly/8KMCQ

6/ Ce que pensent les DRH des réseaux sociaux d’entreprise => http://ow.ly/8JxiT via @PierreWouters RT @glouriais sur @01net

7/ Le chômage au plus haut depuis 1999 => http://ow.ly/8JtUK via @jpdubosc

8/ Réseau social d’entreprise : pourquoi pas vous ? | @JulienTrefeu in Le Cercle Les Echos => http://ow.ly/8JtNh

9/  Il est 2012, le DRH s’éveille par Victor Waknine – Chronique Management => http://ow.ly/8JtQ1

10/ Paie : Janvier 2012 : synthèse de tous les changements => http://ow.ly/8IbTw sur @gestiondelapaie

11/ b.a.-ba de la Paie : qu’est-ce que l’avantage en nature => nblo.gs/tdWYX par @dclementine

12/ Le raz-de-marée des réseaux sociaux a-t-il changé les pratiques de recrutement dans le secteur de l’IT ? => http://ow.ly/8HJa0 via @Keljobcom

13/ Les jeunes femmes dirigeantes voient leur avenir professionnel en rose => ow.ly/8HcUu via @PhilippeDuport

14/ Discrimination au travail : un Français sur quatre dit en avoir été victime => http://ow.ly/8HcDB via @lemondefr

15/ Il est question du mariage entre Madame Marketing & Monsieur RH => bit.ly/yoyXpu

16/ b.a.-ba de la Paie : L’impact des absences sur les avantages divers => bit.ly/xWkk4b

17/ Licenciement – en quoi consiste le motif d’insuffisance de résultats ? => http://ow.ly/8GQVT sur @gestiondelapaie

18/ Réseaux sociaux, bon sens numérique et e-réputation comme nouveau critère de sélection => http://ow.ly/8Fzkc par @meta4_fr

19/ “La réussite au travail“, billet de Gaëlle Picut => http://bit.ly/yt52Gn via @expectra_emploi

20/ [Download] Enquête auprès de 3.000 cadres par @Apecfr “Les cadres et leur entreprise en 2011″ => http://ow.ly/8Fwvw 

21/ Loyauté & contrat moral, les 2 valeurs clés de l’engagement des cadres au travail => http://ow.ly/8FwjV par @Apecfr via @actuel_rh

22/ Surveiller son e-réputation pour peser dans la balance du recrutement => http://ow.ly/8FvwU par @FredLesaulnier

23/ Bref, j’ai raté ma GPEC … => http://ow.ly/8Ftl8 sur le blog de @apachulski

24/ Démissionner, c’est simple comme un tweet => http://bit.ly/yrxFmA via  @PhilippeDuport

25/ Et si l’heure était venue de… la badgeuse virtuelle !!? => http://ow.ly/8EFvO via @eurecia_rh

26/ Un kit pour former les couples à l’égalité Hommes/Femmes lors du mariage ? => ow.ly/8EsIk via @mercredi_c_papa

27/ Quel travail voulons-nous? Les analyses de la sociologue Dominique Méda (avec @franceinfo & @PhilippeDuport via @glouriais) => ow.ly/8EFaL

28/ Gestion des talents & technologies 2.0, les RH vont enfin pouvoir innover ! http://ow.ly/8D2qz via @Marion_Demos par @apachulski

29/ Pilotage RH : enjeux & solutions => http://bit.ly/ylSymo via @convictionsrh

30/ 82ème revue Paie, RH, GRH & SIRH (du 30/01/2012) (30 liens) => http://gestionpaiegrhquichoisir.com/?p=13730

Cliquez ce lien pour consulter les précédentes revues Paie, GRH & SIRH de Carole.

——————————————-

Pour me contacter :

caroleblancot@yahoo.fr – 06.50.26.65.17
  • Comptes Twitter :

Vos commentaires ou questions sont bienvenues.

* indique un champ requis

Pour recevoir les prochains articles de ce blog, entrez votre adresse mail ci-dessous :

Delivered by FeedBurner

432

Article lu 432 fois au total.
Article lu 1 fois aujourd'hui.
Article lu 21 fois ce mois-ci.
Article lu 141 fois cette année.

Get Adobe Flash player