HR Access choisi pour 3,1 millions de fonctionnaires et l’emporte face à SAP

Le consortium Accenture-Logica-Sopra mettra en place le système centralisé de gestion de la paye des quelque 3 millions de fonctionnaires français. La solution sera bâtie sur le progiciel de l’éditeur HR Access.
C’est un sérieux revers pour SAP et IBM. Pour le système de paye de 3,1 millions de fonctionnaires (civils et militaires), à l’issue d’un appel d’offre de plus d’un an, l’Opérateur national de paye (ONP), structure mise en place en 2007 pour gérer le sujet, a choisi la solution logicielle HR Access, révèle aujourd’hui le quotidien La Tribune. La mise en œuvre sera assurée par Accenture, appuyée par Logica et Sopra.
Le contrat – un accord-cadre d’une durée de 9 ans – couvre tant la fourniture de la solution, que l’intégration avec les systèmes RH des ministères, le déploiement, la formation des utilisateurs et la maintenance du futur système.
Selon La Tribune, la construction de la solution coûtera, à elle seule, entre 70 et 80 millions d’euros. Mais le coût total du projet pourrait être trois à cinq fois supérieur.
Le calendrier prévoit que la construction de la solution s’étalera jusqu’au début 2012, pour le lancement d’un pilote courant 2012 (sur 500 000 agents). Le déploiement, par paliers, doit suivre (avec intégration de 500 000 agents par an). L’ONP envisage un retour sur investissement sur cinq ans. Le projet doit notamment déboucher sur la suppression de 3 000 postes dédiés à la paye dans les ministres et de 800 au Trésor public. Aujourd’hui, le traitement de la paye occupe environ 10 000 fonctionnaires (sans compter les personnels du Trésor public), mais la productivité varie dans des proportions allant de 1 à 10 selon les ministères.
 
Lire aussi l’article du 24/09/09 “130 millions d’euros pour la paye informatisée des fonctionnaires” par Charles de Laubier sur
 
Bookmark and Share

Carole Blancot À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est conférencière, formatrice, co-auteure de plusieurs ouvrages, blogueuse, psychosociologue clinicienne psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6), IPRP (n°IDF/2018/34), présidente de SpotPink (agence de communication pour les acteurs des domaines RH et SIRH), et DPO (Désignation CNIL : N° DPO-37620 et N° DPO-37624).
Elle intervient par exemple en entreprise pour faciliter la négociation du droit à la déconnexion et la mise en œuvre des outils et des mesures de régulation associées. Elle met aujourd'hui son passé de consultante RH au service d'interventions psychosociologiques dans des contextes qui sont parfois compliqués. Elle maîtrise les tenants et aboutissants du RGPD. C'est, par ailleurs, une spécialiste de la production de contenu pour les sujets traitant de la gestion des RH, du SIRH (Système d’Information en Ressources Humaines) et des médias sociaux. Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Twitter : @CaroleBlancot

error: ©SpotPink