La fonction paie : un enjeu de tous (entreprises et acteurs)

L’avis du blogger

J’ai eu envie de lire cet article compte tenu du fait qu’il commençait ainsi “On ne le dit jamais assez mais dans les entreprises françaises 40% des bulletins de paie comportent des erreurs.”
Cette phrase m’a rappelée une autre vie au cours de laquelle je n’avais de cesse de répéter que :
  • puisque les législateurs se rappellent à notre souvenir environ 200 fois par an pour ce qui concerne la paie et le droit social, et qu’en conséquence la probabilité est faible que le nombre de sources d’erreurs ou d’oublis diminue,
  • puisque 40% des bulletins de paie comportent au moins une erreur (correspondant à un risque financier variable pour l’entreprise),
  • alors, un prestataire d’externalisation se doit, au moment de la mise en œuvre de son nouveau client, faire appel à ses juristes en droit social pour procéder, en complément de l’action du chef de projet, à un audit des paies produites par la précédente solution de gestion (quelque soit celle-ci).
    ainsi, les erreurs précédentes identifiées ne seront pas reproduites. Le but étant idéalement de ne pas en produire de nouvelles.

Comment une entreprise peut-elle s’assurer de la fiabilité de ses bulletins de paie produits sans attendre le dénouement de ses contentieux prud’homaux ?

Par la pratique systématique, annuelle et par un tiers d’un audit des paies !
Bien que souvent considérée avec une certaine indifférence ou comme une activité accessoire sans réelle valeur ajoutée, une bonne gestion de la paie est à la fois un des leviers de la motivation des salariés, de la performance et de la pérennité de l’entreprise. C’est un enjeu des directions des ressources humaines mais aussi, pour les raisons qui vont être exposées ci-dessous, des directions financières.
—————————————————————————
“La gestion de la paie gère cependant une des premières dépenses de l’entreprise, la masse salariale ; elle est aussi le vecteur de communication avec les salariés le plus récurrent, la remise mensuelle du bulletin. Enfin, il ne faut pas oublier qu’un bulletin de paie est également un document juridique des droits du salarié produit systématiquement lors de contentieux prud’homaux.
Sur le plan financier, les enjeux peuvent-être très conséquents à la suite de contrôles menés par l’URSSAF. Le bilan du contrôle URSSAF 2007 conclue à un montant de redressement auprès des entreprises de près de 800 millions d’euros en valeur absolue qui se décompose en 550 millions de redressements au profit de l’URSSAF et 250 millions de rectifications au bénéfice des employeurs.
Et il ne faut pas oublier que depuis 2008 l’URSSAF est devenue compétente pour le contrôle des cotisations dues au titre de l’assurance chômage. La répercussion à l’assurance chômage des redressements pratiqués par l’URSSAF est estimée à plus de 100 millions d’euros.”

Lire l’article “La fonction paie est aussi un enjeu de performance pour le DAF”, publié le 09/10/09 par Philippe MULARSKI sur

Cliquez sur ce lien pour Me Contacter – M’adresser un cahier des charges – Etre publié sur ce blog
© Carole BLANCOT – caroleblancot@yahoo.fr – 06.50.26.65.17
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Bookmark and Share

Carole Blancot À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est conférencière, formatrice, co-auteure de plusieurs ouvrages, blogueuse, psychosociologue clinicienne psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6), IPRP (n°IDF/2018/34), présidente de SpotPink (agence de communication pour les acteurs des domaines RH et SIRH), et DPO (Désignation CNIL : N° DPO-37620 et N° DPO-37624).
Elle intervient par exemple en entreprise pour faciliter la négociation du droit à la déconnexion et la mise en œuvre des outils et des mesures de régulation associées. Elle met aujourd'hui son passé de consultante RH au service d'interventions psychosociologiques dans des contextes qui sont parfois compliqués. Elle maîtrise les tenants et aboutissants du RGPD. C'est, par ailleurs, une spécialiste de la production de contenu pour les sujets traitant de la gestion des RH, du SIRH (Système d’Information en Ressources Humaines) et des médias sociaux. Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Twitter : @CaroleBlancot

Comments

  1. Avatar Carole BLANCOT a écrit

    Génial, bravo et merci pour ce superbe témoignage plein d'espoir.
    Évidemment, qui dit audit dit forcément auditeur compétent dans le contexte… sinon il est préférable de s'en passer !
    Je pense qu'il est toujours utile de remettre en cause ses connaissances et il est finalement assez humain d'omettre un élément (surtout en matière de paie) ou de se tromper (aussi performant que soit l'outil informatique qui dans le cas du PAS est ton pair).
    Un RDV annuel de contrôle ne peut selon moi être que positif.
    A bientôt
    Carole

  2. Avatar Anonymous a écrit

    Audit ou : oh !!!! dites !!!!!

    L'Audit paye quand il est proposé en entreprise est une vrai valeur ajoutée, je suis tout à fait d'accord avec toi Carole… Encore est-il important de rassurer et d'impliquer l'équipe paye pour encore une fois et je n'en demords pas éviter les susceptibilités.
    Expérience vécue dans l'entreprise ou je travaille.. Avant de lancer le processus de changement du logiciel paye (sirh)comme je l'avais expliqué dans un précédent article, nous avons décidé de faire auditer la paie…Première ré-action de ma part : "non mais, vous n'avez qu'à dire que je ne connais pas mon boulot !!!! rire" (ceci dit j'y ai pensé) et puis après je me suis dit c'est un bon moyen de me confronter à la réalité et de faire valoir ma compétence dans le domaine et surtout ma crédibilité vis à vis des salariés et des projets qui suivront. C'est le cabinet Alma consulting qui est venu nous auditer… De bons professionnels en droit social qui veulent nous faire faire des économies en épluchant les arrêts de cours de cassation (et prendre un peu d'argent au passage en cas d'économie réelle mais bon c'est la loi du marché). Et ben figurez-vous que le résultat de l'audit était au-delà de ce que je pouvais imaginer… Que du plus, avec en plus une économie de charges sociales à mettre en place au niveau des Minimums garanties.

    En même temps je travaille dans une entreprise qui gère à la fois du personnel sous contrat privé et sous contrat public et sous contrat statutaire (yessss, je m'amuse tout les jours)… Donc là j'ai quand même senti la défaillance perceptible du cabinet qui nous a audité. Ceci pour vous prévenir qu'en fonction de la juridiction, les cabinets peuvent être fébriles. Toutes les entreprises ne sont pas sous le sacro saint code du travail il y a aussi beaucoup d'exceptions notament les établissements publics.

    Pour l'anecdote, le dernier contrôle URSSAF que nous avons "subi" remonte à une dizaine d'année (je n'étais pas encore là) mais ca a couté cher à l'URSSAF : 1.6 millions de francs à nous rembourser car l'acoss s'était trompé dans l'attribution de certain taux particuliers et sur l'assujetissement de certains éléments variables de la paie. alors n'ayez plus peur de l'URSSAF !!! lol… Du coup je ne les vois plus roder près de chez nous.

    Belle soirée

    Eric HERISSON

error: ©SpotPink