Débat sur la normalisation de l’e-paye : mon avis

L’avis du blogger
Tandis que :

  • la semaine dernière se tenait le salon Solutions Démat, 
  • les communiqués de presse détaillant de nouvelles offres en matière de dématérialisation des flux et des documents en tous genre, se font de plus en plus nombreux,
  • certains offreurs souhaitent que soit justement cadrée la latitude d’action permise par les fondements juridiques de l’e-paie,
  • a titre d’exemple, Novapost  réclame depuis plusieurs mois déjà, un référentiel des bonnes pratiques sous l’égide de l’Afnor, et souhaite animer pour ce faire, avec le soutien de la Fedisa (Fédération de l’ILM, du stockage et de l’archivage), un groupe de travail sur l’e-paie,
  • la FNTC (Fédération nationale des tiers de confiance) a décidé de rejoindre ce groupe, 
qu’elle n’a pas été ma surprise d’apprendre, à la lecture de l’article référencé ci-dessous, que Me Eric Caprioli, vice-président de la FNTC et spécialiste du droit de la dématérialisation, ne voit pas quant à lui la nécessité de normer ce référentiel des bonnes pratiques sur la mise en œuvre par les entreprises de la dématérialisation. Il semble même selon cette source s’affirmer contre la normalisation de l’e-paye !
Comment interpréter cette position !?
Mon avis est que ce débat qui fait couler de l’encre aujourd’hui, non pas sur le bien-fondé mais sur la mise en oeuvre de la dématérialisation du bulletin de paie, est nécessaire puisqu’en effet les entreprises sont attentistes et ne perçoivent pas encore précisément comment s’y prendre et quels choix effectuer.
En psychologie, on m’a toujours appris qu’une position simpliste de type “pour” ou “contre” n’est justement profitable à aucun débat et induit même des biais cognitifs négatifs.
En conséquence, permettez-moi de préciser à Me Eric Caprioli que ce n’est pas en s’affirmant contre une nomalisation de l’e-paye qu’il éclairera efficacement le choix des entreprises françaises qui  ont à retenir un acteur fiable du point de vue du respect des bonnes pratiques technologiques et juridiques en matière de dématérialisation, sans qu’il soit justement question de proposer à son client une usine à gaz !
La complexité de ce sujet provient précisément du fait que la dématérialisation est un enjeu qui ne saura se satisfaire d’un seul point de vue juridique ou bien d’un seul point de vue technologique.
Le client final (de 3 types éventuellement cumulatifs : entreprises, salariés et particuliers) a précisément besoin que soit effectuée une mise en adéquation réussie des questions techniques et juridiques et se passerait volontiers d’être le témoin de querelles de clochers ou l’otage des enjeux et conflits de pouvoir entre les différentes instances.
Alors, ce débat trouvera une issue profitable à tous.
A bon entendeur…

Lire l’article “Me Caprioli contre une « normalisation » de l’e-paie” publié le 6 octobre 2009, par Jean-Claude Streicher, sur




A lire aussi l’article “Paye dématérialisée : ce que l’on ne vous a pas dit” publié par un contributeur de GestionDeLaPaie.com, le 12/10/09.



 Cliquez sur ce lien pour Me Contacter – M’adresser un cahier des charges – Etre publié sur ce blog
© Carole BLANCOT – caroleblancot@yahoo.fr – 06.50.26.65.17
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Bookmark and Share

Carole Blancot À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est conférencière, formatrice, co-auteure de plusieurs ouvrages, blogueuse, psychosociologue clinicienne psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6), IPRP (n°IDF/2018/34), présidente de SpotPink (agence de communication pour les acteurs des domaines RH et SIRH), et DPO (Désignation CNIL : N° DPO-37620 et N° DPO-37624).
Elle intervient par exemple en entreprise pour faciliter la négociation du droit à la déconnexion et la mise en œuvre des outils et des mesures de régulation associées. Elle met aujourd'hui son passé de consultante RH au service d'interventions psychosociologiques dans des contextes qui sont parfois compliqués. Elle maîtrise les tenants et aboutissants du RGPD. C'est, par ailleurs, une spécialiste de la production de contenu pour les sujets traitant de la gestion des RH, du SIRH (Système d’Information en Ressources Humaines) et des médias sociaux. Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Twitter : @CaroleBlancot

error: ©SpotPink