L’hiver glacial des SSII : une SAGA LeMagIT

Dans le premier volet du bilan des résultats trimestriels des SSII “L’hiver glacial des SSII (1/3) : les grands noms attendent toujours les premiers bourgeons” publié le 15 mars 2010 par Reynald Fléchaux, vous lirez :

Si les discours des dirigeants de grandes SSII se teintent d’optimisme depuis quelques semaines, les chiffres d’affaires de leurs sociétés restent abonnés à la décroissance. Et la tendance devrait se poursuivre au moins sur la première moitié de 2010.

Capgemini paie cher la faiblesse de son infogérance

– 8,5 % sur les trois derniers mois de 2009 à périmètre courant (à 2,05 Md€). Ce recul plus accentué que celui de la plupart des concurrents de la SSII semble provenir de deux phénomènes conjugués : la faiblesse de la demande dans l’intégration et le conseil bien sûr, mais aussi le recul de l’outsourcing au second semestre du fait de la renégociation de deux grands contrats (réduction du périmètre des contrats TXU et Schneider).
Fin d’année toujours tendue pour Atos-Origin, qui voit son activité se contracter de 4,6 % au quatrième trimestre 2009.
Poids lourd du groupe (37 % du total), l’activité intégration subit un recul de 11 % sur l’ensemble de 2009. Mais Atos-Origin est parvenu à remonter la marge de cette branche, qui passe de 4,1 à 5 %, notamment en raison des efforts pour réduire l’intercontrat.

Intégration et conseil plombent toujours Accenture

Sans surprise, dans un contexte où les grands comptes diffèrent leurs nouveaux projets, l’intégration et le conseil plongent, de 16 % en monnaies locales. L’outsourcing (infogérance et BPO) se portent mieux, mais encaissent tout de même une décroissance de 5 % sur un an. En fait, seules les activités dans le secteur public et la santé s’affichent en croissance, signale la SSII dans un communiqué.

Atos-Origin freine un peu sa décroissance


Logica ralentit fin 2009

Comme déjà signalé au cours de l’année, la santé de la SSII doit beaucoup à sa branche outsourcing (37 % de l’ensemble de l’activité) qui progresse de 9 % sur l’ensemble de 2009, tandis que les activités plus cycliques de conseil et d’intégration accusent, elles, un recul de 10 %. […] De facto, selon Logica, la France a retrouvé le chemin de la croissance en fin d’année, portée notamment par la signature du contrat ONP (Opérateur National de Paie). La marge, en léger recul, y atteint 7,5 %.

Dans le second volet du bilan des résultats trimestriels des SSII (avec les groupes de taille intermédiaire, ayant une dimension européenne)  L’hiver glacial des SSII (2/3) : les poids moyens continuent leur glissade” publié le 16 mars 2010 par Reynald Fléchaux, vous lirez :

Ni mondiaux, ni spécialistes. Les SSII moyennes, qui constituent une bonne partie du tissu des services IT hexagonal, ont continué à souffrir en fin d’année 2009, avec des décroissances souvent supérieures à 5 %. Tout en tenant désormais des discours plus optimistes sur leurs perspectives. Et en n’ayant plus grand chose à apprendre des grands groupes mondiaux en matière de protection des marges.

  • Steria repasse dans le vert
  • Sopra : paradoxal trou d’air
  • GFI toujours en décroissance à deux chiffres
  • Bull maintenu par les grands contrats d’infogérance
  • Devoteam et l’aventure allemande
  • Groupe Open et la difficile digestion de Sylis

Dans le 3ème volet : “L’hiver glacial des SSII (3/3) : la crise a creusé les écarts chez les SSII hexagonales “ vous lirez :

Plus diversifiées, mieux réparties sur le globe, les grandes SSII souffrent, mais tiennent leurs marges. Les plus petits acteurs n’ont pas tous cette chance : c’est parmi eux que se ramassent les éclopés de cette crise, dont plusieurs sont en situation difficile. Mais c’est aussi dans cette catégorie que résident quelques acteurs qui, par leur positionnement, ont déjà su rebondir en terminant 2009 sur de la croissance.

Carole Blancot À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est conférencière, formatrice, co-auteure de plusieurs ouvrages, blogueuse, psychosociologue clinicienne psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6), IPRP (n°IDF/2018/34), présidente de SpotPink (agence de communication pour les acteurs des domaines RH et SIRH), et DPO (Désignation CNIL : N° DPO-37620 et N° DPO-37624).
Elle intervient par exemple en entreprise pour faciliter la négociation du droit à la déconnexion et la mise en œuvre des outils et des mesures de régulation associées. Elle met aujourd'hui son passé de consultante RH au service d'interventions psychosociologiques dans des contextes qui sont parfois compliqués. Elle maîtrise les tenants et aboutissants du RGPD. C'est, par ailleurs, une spécialiste de la production de contenu pour les sujets traitant de la gestion des RH, du SIRH (Système d’Information en Ressources Humaines) et des médias sociaux. Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Twitter : @CaroleBlancot

error: ©SpotPink