Faire traduire et mettre en ligne son CV en 48h avec CVExpress

Préambule du bloggeur

Je précise diffuser sur ce blog les informations ci-dessous sans les avoir préalablement personnellement vérifiées. Pour le cas où vous feriez appel aux services proposés ci-après, n’hésitez pas à poster un commentaire au pied de cet article pour témoigner de votre degré de satisfaction.

Par ailleurs, je ne vous cache pas que je m’interroge sur la pertinence, dans certains cas, de disposer et d’utiliser un CV traduit dans une autre langue.

En effet, certains recruteurs (et employeurs) pourraient supposer que si votre CV et lettre de motivation sont en anglais par exemple, c’est certainement que vous êtes en mesure de tenir une conversion professionnelle dans cette langue. Qu’adviendra-t-il alors de votre candidature une fois la première sélection du tri des CV passée ?

Enfin, là n’est pas le débat mais nous sommes plusieurs à constater que le CV dans son format classique traverse aujourd’hui une zone de turbulence. Certains (dont je fait partie) supposent même que celui-ci pourrait bien disparaître d’ici quelques années. A ce titre, je vous invite à découvrir  et rejoindre la page facebook animée par une communauté de spécialistes du recrutement (à laquelle j’appartiens) et qui consiste précisément à s’interroger sur l’avenir du CV et sur l’émergence de pratiques innovantes en matière de recrutement.

TwunchCV (une initiative de Fadhila BRAHIMI)

Ceci étant, adresser celui-ci sous la forme d’une simple URL peut encore être utile de nos jours. 😉

———————————————–

Votre CV traduit pour 20 euros en 48 heures seulement, le tout en ligne ? Oui, c’est possible !

Il peut être utile de disposer d’un CV traduit en anglais ou en une autre langue.
Or, cet exercice peut se révéler particulièrement long et complexe, y compris si vous disposez d’une bonne connaissance de la langue (manque de temps,  faible connaissance des termes techniques de chaque langue….).
Faire traduire votre CV par des professionnels vous coûtera généralement entre 50 et 100 euros en moyenne. De plus, le mode de facturation peut s’avérer compliqué : prix par caractère, par mot, ancienneté du profil, etc.
 
Pour pallier ces difficultés, découvrez la Traduction de CV low-cost, sans devis et sans perte de temps ! Grâce à ce nouveau service, vous pouvez faire traduire votre CV par une équipe de professionnels actifs en 48h seulement à un prix défiant toute concurrence : 20 euros seulement.
 
Le tout se fait en ligne : vous achetez votre pack, envoyez votre CV et recevez votre traduction sur votre boîte mail en 48 heures, rien de plus simple !
Le paiement s’effectue par carte bancaire à travers une plateforme de paiement sécurisée (paypal).
 
Vous pouvez également faire traduire votre lettre de motivation type (30 euros) et ainsi maximiser vos chances de réussite en présentant une candidature internationale complète.
 
Plusieurs langues de traduction sont proposées : du français à l’anglais, à l’espagnol, au polonais et au roumain.
 
Alors si vous êtes à la recherche d’un job à l’étranger, n’hésitez pas à utiliser cv-express.fr, l’alternative simple, efficace et abordable pour la traductions de vos documents de candidature !
Carole Blancot À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est conférencière, formatrice, co-auteure de plusieurs ouvrages, blogueuse, psychosociologue clinicienne psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6), IPRP (n°IDF/2018/34), présidente de SpotPink (agence de communication pour les acteurs des domaines RH et SIRH), et DPO (Désignation CNIL : N° DPO-37620 et N° DPO-37624).
Elle intervient par exemple en entreprise pour faciliter la négociation du droit à la déconnexion et la mise en œuvre des outils et des mesures de régulation associées. Elle met aujourd'hui son passé de consultante RH au service d'interventions psychosociologiques dans des contextes qui sont parfois compliqués. Elle maîtrise les tenants et aboutissants du RGPD. C'est, par ailleurs, une spécialiste de la production de contenu pour les sujets traitant de la gestion des RH, du SIRH (Système d’Information en Ressources Humaines) et des médias sociaux. Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Twitter : @CaroleBlancot

Comments

  1. Bonjour,
    Comme easy-CV est en 7 langues on nous demande presque tous les jours, et ce depuis plusieurs années, un service de traduction de cv “pas cher” …et non… on ne traduit pas le contenu 😉
    On a longtemps cherché des partenariats, on a reçu des propositions, mais les seules qui étaient valables n’étaient pas au tarif de CV express…
    Franchement c’est à la limite du f… de g… Soyons sérieux ! 1/ un tarif aussi bas c’est pas humain 😉 (je n’ai pas fait le test avec celui-ci mais avec d’autres qui proposaient les mêmes tarifs – avec en prime des fautes sur leurs sites web – et la qualité est loin d’être au rdv 2/ (comme Carole) il est à mon sens inutile de faire traduire son CV dans une langue que l’on ne maîtrise pas (et si l’on maîtrise on fait tout seul cqfd)
    C’est ce que l’on répète (vive le copié/collé) à chaque fois que l’on nous demande une traduction “automatique” ou “pas chère” On peut avoir gratuitement son CV en 7 langues avec une adresse courte comme http://moi.cv.fm, mais on l’aura écrit soi-même 😉

  2. Vu les tarifs (20 euros le CV) et le fait que les traductions sont effectuées par des jeunes diplômés d’écoles de commerce (et pas des traducteurs professionnels spécialisés en RH/traduction de CV), je me méfierais de ce genre de service. Je n’ai pas testé celui-là (pas encore !) mais j’en ai testé d’autres dans le passé et les résultats n’ont pas été concluants.

    Notre société de traduction facture entre ***5 et 10 fois*** le tarif que vous citez dans votre article et ceci pour un service qui comprend un entretien avec le candidat pour comprendre ses objectifs, l’adaptation terminologique et rédactionnelle du CV (pour tenir compte des différences dans les cultures, les systèmes éducatifs, les structures des entreprises et les parcours de carrière d’un pays à l’autre) ainsi que plusieurs allers-retours et relectures pour assurer que le résultat final soit PAR-FAIT (à quoi bon avoir un CV qui comporte des coquilles — ou pire — des erreurs grossières). C’est une question d’image, de “recrutabilité”.

    La question est de savoir **pourquoi** on traduit un CV. Si c’est pour “se vendre” on se doit d’avoir un résultat impeccable — l’à-peu-près ne fait pas l’affaire. Dans ce cas-là, le “low-cost” montre très vite ses limites. Pour les besoins de compréhension (on reçoit un CV en polonais et on a besoin de comprendre rapidement de quoi il s’agit), il y a Google Translate et autres outils de traduction automatique qui donnent un aperçu permettant de savoir si on veut aller plus loin dans la découverte d’un candidat (et c’est gratuit).

    Si l’enjeu est de taille (première embauche pour un jeune diplômé à profil international, progression de carrière ou mobilité internationale pour un cadre ou cadre dirigeant, recrutement à forte valeur ajoutée pour un cabinet de recrutement, etc.) à mon avis il vaut mieux investir (parce qu’il s’agit bien d’un investissement sur lequel on peut attendre un retour) dans un CV multilingue qui tient la route.

    Je ne vois pas bien sur quel créneau ce service low-cost tente de se positionner.

error: ©SpotPink