Gif-Detox-digitale

Quel avenir pour le CV selon Chris Radmilovitch ?

Le 26/11/2010 a eu lieu la 4ème séance de TwunchCV.

Jean-Christophe ANNA et moi étions chargés de l’organisation et de l’animation de ce TwunchCV n°4
Pour rappel, il s’agit d’un rendez-vous entre professionnels du recrutement et autres acteurs en sciences humaines qui s’intéressent notamment à l’avenir du CV, de l’emploi, des outils et processus de recrutement, de la gestion des talents…
12 personnes étaient présentes sur 23 inscrits. Dans l’optique de faciliter les échanges, nous avons choisi de diviser le groupe en 2 sous-groupes de 6 participants.
Ce billet restitue la synthèse du point de vue de :

Chris Radmilovitch (@radmilovitch)

L’internaute a désormais la possibilité de formater son CV selon ses objectifs et le contexte de sa recherche :

1.       Le fond et la forme de son CV peuvent être adaptés au secteur d’activité de l’entreprise qui recrute,

2.       Il peut faire le choix éventuel d’anonymiser son CV.

3 cas de figure me viennent à l’esprit :

1. Je postule à une offre ou j’envoie une candidature spontanée : dans ce cas, j’ai forcément un CV que j’envoie, dont l’objectif est forcément de mettre en avant mes expériences et compétences professionnelles. Pour ce faire, je dispose d’un choix suffisamment important de templates rangés par catégorie sectorielle (de type DoYouBuzz ou plus exhaustifs tels que WordPress).

Le choix de l’anonymisation, et donc du template associé, ne peut se faire que pour certains secteurs (type Transport, SSII…). En effet, n’est pas (forcément) proposé pour des métiers dans lesquels la notion de représentation est encore (malheureusement) trop forte (Commerce, communication, publicité…). Par exemple, dans le secteur d’activité qui est le mien (le luxe), le recruteur s’attend aujourd’hui encore hélas à voir systématiquement apparaître la photo du candidat sur son CV.

Pour ce qui est du contenu, on aura un système de publication de type WordPress, mais encore plus simple pour faciliter la tâche à la population la plus large possible, dans lequel on aura ou non le choix d’y ajouter son site, son blog, son facebook, son twitter, linkedIn, AIM…, sachant que le template s’adaptera à la volumétrie des informations saisies.

Bien sûr, ce système permettra d’exporter le CV aux formats HTML, Word et PDF.

2. Le recruteur ou l’entreprise utilisent un jobboard

La différence notoire par rapport au premier cas (ci-dessus) consiste pour le jobboard à faire payer au recruteur un supplément si le candidat a anonymisé son CV et s’il a donné l’autorisation au jobboard de le « désanonymiser ».

3. Les autres situations

Enfin, comme on parle par extension d’identité (dont l’identité numérique), je suggère que l’internaute, en recherche d’emploi ou non, crée sa “page personnelle”, sorte de portail “personal branding” qu’il enrichira au gré de l’évolution de son identité numérique, et notamment sociale. Dans celle-ci sera intégré le fameux CV au format Web. Découvrez un portail du type Flavors.me (voici le lien vers le mien à titre d’exemple) http://flavors.me/radmilovitch#_

Carole Blancot À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est conférencière, formatrice, co-auteure de plusieurs ouvrages, blogueuse, Psychosociologue clinicienne psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6), IPRP (n°IDF/2018/34), Présidente de SpotPink (agence de communication pour les acteurs des domaines RH et SIRH), Directrice générale de NumUP et aussi DPO (le cumul des mandats n'étant pas proscrit lorsque l'on ne perçoit pas de rémunération en tant que fonctionnaire d'État). Elle intervient en entreprise notamment pour la négociation ainsi que la mise en application du droit à la déconnexion. Elle est co-auteure de 6 ouvrages spécialisés sur les médias sociaux et le Système d’Information en Ressources Humaines : - Guide du bon usage des outils numériques et de l'exercice de la déconnexion, Paris, Amazon, 2018, disponible aux formats Word (personnalisable), eBook Kindle et broché. - Barféty, Jean-Marc, Berthelot, Vincent, Clémentine, Daniel, Geuze, François, Just, Bernard, Lebarbenchon, Anne, Scouarnec, Aline, de Vulliod, Claire-Marie, Blancot, Carole (dir.), Gaspardo, Patrick (dir.), 20 années de SIRH et de services RH, Tampere, Atramenta, 2017, 229 p., disponible aux formats PDF, EPUB et broché. - Le cercle SIRH, Le SIRH Enjeux, bonnes pratiques et innovation, Paris, Edition Vuibert, 2017 [3e éd.], 448 p. - Les ressources humaines numériques en 32 témoignages - RH, formation, marque employeur, mooc, Editions Kawa, 2015, 146 p. - La communication de crise à l'heure des médias sociaux, Editions Atramenta, 2012, 100 p., disponible aux formats PDF, EPUB et broché. - Inondé sous les e-mails, résistez !, Edition Hachette Pratique, Février 2013, 224 p. Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Twitter : @CaroleBlancot

Commentaires

  1. Belle idée Carole d’éclairer une même question sous plusieurs angles.
    J’ai relayé sur mon réseau twitter.

    Quel avenir pour le #CV selon….http://bit.ly/eXJnjq

error: