Billet bloggeur invité => la “théorie” de l’autodidacte

En tant que bloggeur invité, je remercie Carole pour son initiative. Pourquoi un tel titre ? Du point de vue des ressources humaines, il semblerait qu’il soit plus difficile d’être autodidacte aujourd’hui.

Par définition, l’autodidacte s’est construit tout seul, en dehors des sentiers battus. Sa qualité première est l’autonomie. Il semblerait qu’il y ait une incompréhension entre l’autodidacte et son interlocuteur. Le Pôle Emploi reconnaît que les personnes de plus de 26 ans et de moins de 45 ans sont dans le «  ventre mou » et n’a pas de solutions réelles à leur proposer. Si vous êtes dans cette tranche d’âge et que vous êtes autodidactes, le chemin sera long.

Un autodidacte est pragmatique, la théorie n’est pas sa tasse de café. Pour compenser, il fait preuve d’une grande imagination et est partisan du «  Je teste, je teste, je teste ». Le doute est son plus grand ennemi, entraînant de facto un manque de confiance chez lui et chez son interlocuteur.

L’autodidacte est réceptif à l’innovation, il est un meneur qui s’ignore. Or l’entreprise a plutôt tendance à subir le changement. Serait-ce le début d’une explication pour comprendre le décalage entre l’autodidacte et l’entreprise ?

Il ne faut pas condamner l’entreprise. On ne se bat pas contre une personne, physique ou morale, on valorise un point de vue. A partir de ce constat, le dialogue est possible. La diversité des profils dans l’entreprise est sa plus grande richesse.

L’évolution technologique actuelle tend à démontrer que la Direction des Ressources Humaines joue un rôle central dans cette économie de la connaissance qui se profile. Plus elle sera riche de talents, plus elle sera agile et efficace pour favoriser le développement de l’entreprise.

En résumé, l’autodidacte n’est pas un « pauvre type » enfermé tout seul dans son coin à la limite asocial. Non, c’est une personne ouverte d’esprit qui s’intègre très facilement dans une équipe, qui valorise le groupe, qui trouve toujours une solution.

J’irai plus loin : c’est un gestionnaire anti-crise.

Vincent BARBEROT

Carole Blancot À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est conférencière, formatrice, co-auteure de plusieurs ouvrages, blogueuse, psychosociologue clinicienne psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6), IPRP (n°IDF/2018/34), présidente de SpotPink (agence de communication pour les acteurs des domaines RH et SIRH), et DPO (Désignation CNIL : N° DPO-37620 et N° DPO-37624).
Elle intervient notamment en entreprise pour faciliter la négociation du droit à la déconnexion et la mise en œuvre des outils et des mesures de régulation associées. Elle met aujourd'hui son passé de consultante en RH au service d'interventions psychosociologiques dans des contextes qui sont parfois compliqués. C'est, par ailleurs, une spécialiste de la production de contenu pour les sujets traitant de la gestion des RH, du SIRH (Système d’Information en Ressources Humaines) et des médias sociaux. Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Twitter : @CaroleBlancot

Comments

  1. Merci Sophie pour ta fidélité et tes encouragements quelque soit le support (Twitter, Facebook ou directement sur l’article).

    Cette première collaboration avec Carole s’est faite naturellement, basée sur l’entraide : ajouter à votre profil le badge en cliquant ci-contre ” Add a PicBadge ”

    Encore merci pour tout Carole.

  2. Avatar Sophie Trinquand a écrit

    alors là, bravo Vincent de remettre en lumière l’autodidacte. C’était de mise après -guerre où tout le monde devait s’adapter; puis cela a été dénigré. Maintenant avec les NTIC, tous , nous redevenons autodidactes car nous sommes des pionniers. Ton article est une bouffée d’oxygène et je remercie, au passage, Carole Blancot, pour cette initiative.

error: ©SpotPink