Gestion de la #paie dans le #cloud : quelle sécurisation des données ?

LOGO_EPAYE_COM_BASELINE_PICTO

La tendance actuelle est à la dématérialisation, tant des échanges avec les organismes sociaux, que des bulletins de paie et des autres documents RH.

LOGO_EPAYE_COM_BASELINE_PICTO

Pour faire suite à la publication récente du dossier Base de données RH, hébergement, Cloud & solutions de gestion en mode SaaSClaude Portmann, Directeur d’e-Paye, a accepté de revenir sur les dernières évolutions technologiques et leurs incidences sur les pratiques RH, dans le cadre de l’interview suivante.

e-Paye, fournisseur de solutions de gestion de la paie et des ressources humaines, précurseur du mode SaaS, édite sa propre solution full web depuis près de 15 ans.

Son offre est composée de services et de solutions technologiques interconnectées, pour un service complet et adapté aux besoins de tous les types d’entreprises, avec 3 niveaux de service :

  • gestion autonome des paies et des déclarations sociales par le client,
  • gestion semi-autonome incluant la prise en charge par e-Paye d’une partie du service (déclarations sociales, N4DS…),
  • externalisation totale.

Tous ces niveaux de service incluent un service illimité d’assistance juridique et en technique de paie, fourni par les experts d’e-Paye.

Partie I : Histoire du mode Saas et du Cloud

Pouvez-vous nous rappeler les principales évolutions technologiques qu’a connu le traitement des données Paie et RH ?

Les principales évolutions technologiques pour la paye et les RH depuis ces 15 dernières années proviennent de la généralisation de l’utilisation d’Internet, support des modes SaaS et du temps réel. Le développement du mode SaaS a généralisé l’hébergement des données à l’extérieur de l’entreprise.

Par ailleurs, les API et Web Services qui facilitent l’interfaçage des applications, permettent le choix du « Best of breed », c’est-à-dire des modules spécialisés par fonction, en remplacement des ERP intégrés de l’ancienne génération.

Depuis combien de temps la paie sur Internet existe-t-elle ?

La paye sur Internet existe depuis l’an 2000, date à laquelle e-Paye a mis en service sa première solution « full web ». A l’époque, la majorité des solutions de gestion de la paie étaient proposées en mode local, avec hébergement des données sur les serveurs de la société utilisatrice. e-Paye fait partie des fournisseurs historiques de solution de gestion de la paie en mode SaaS.

Partie II : définitions et sécurité des données

Qu’apportent les nouvelles technologies à la gestion de la paie et des RH ?

Les nouvelles technologies sont regroupées sous les appellations SaaS et Cloud. Elles apportent de nombreux avantages, dont 3 me semblent être essentiels :

  • La mutualisation :

Le terme SaaS, appliqué à des offres de gestion des paies ou des ressources humaines, signifie que la solution est hébergée et maintenue par le prestataire, ce qui permet sa mutualisation, autrement dit sa mise à jour automatique, sans que le client ait à intervenir. Son avantage est de proposer des applications moins chères et plus rapides à mettre en œuvre, qui s’affranchissent de la contrainte du « versioning » imposée par le modèle logiciel « traditionnel ».

  • Le temps réel :

L’un des principaux intérêts du SaaS est de permettre le traitement des données en temps réel. Concrètement, le temps réel permet la modification et la visualisation immédiate sur le bulletin de l’impact de toute saisie, sans la nécessité d’un « run » de paye en temps différé.

  • La sécurisation des données :

En mode SaaS, les données sont hébergées par le prestataire, c’est-à-dire qu’elles ne sont plus localisées sur les systèmes informatiques de l’entreprise utilisatrice. En termes de sécurité, cela offre de meilleures garanties : les sauvegardes sont multiples, effectuées sur des systèmes sécurisés et maintenus par des professionnels spécialisés. Le risque de perte de données est pratiquement nul. Par ailleurs, cela permet également de se protéger des intrusions, dont on sait qu’elles proviennent majoritairement d’actes internes à l’entreprise.

Une solution Saas est-elle forcément temps réel ?

Selon les acteurs, le terme SaaS peut avoir plusieurs définitions et ne recouvre pas toujours les mêmes fonctionnalités. Certaines solutions de paie en mode SaaS ne fonctionnent pas en temps réel : il s’agit de solutions qui utilisent des outils de calcul non intégrés à la solution. Dans ce cas, l’utilisateur saisit ou modifie ses données, mais n’obtient la génération de son bulletin de paie qu’après avoir lancé une commande spécifique. Ce décalage peut ralentir considérablement le travail du gestionnaire de paie, limiter les possibilités de simulation, avec un effet mécanique de baisse de productivité et d’augmentation des coûts.

Peut-on faire confiance à Internet pour la sécurisation des données ? Que signifient les termes Cloud RH, SaaS, IaaS, PaaS ? Quelles sont les différences entre ces notions ?

Le prefixe “.aaS”  concerne la mise à disposition d’applications ou de ressources informatiques, avec une facturation à l’utilisation. S pour software, I pour Infrastructure et P pour Plateforme.
Le cloud concerne l’accès aux données et aux ressources par Internet.
A condition d’utiliser un hébergement parfaitement identifié et localisé, la sécurisation des données offre plus de garanties de confidentialité dans une gestion en mode Cloud qu’avec une application traditionnelle « in-house ». Dans ce cas, le terme « cloud » correspond simplement à un accès aux données par l’intermédiaire d’Internet.
En revanche, si le terme cloud se rapporte à l’utilisation de ressources non identifiées ou non localisées, aucune sécurité n’est garantie, on parle alors de ressources cloud.
Il faut donc distinguer la gestion en mode Cloud et l’utilisation de ressources cloud, qui recouvrent des situations différentes.
Une solution paye et RH performante et sécurisée sera de préférence une solution en mode SaaS full web (temps réel) avec le mode cloud, mais sans utilisation de ressources cloud.

Partie III : nouvelles tendances et choix des offres

Quelles sont les nouvelles tendances en matière de paie et de RH ?

Les nouvelles tendances concernent bien sûr l’extension des applications numériques, permettant une dématérialisation croissante des documents et des échanges : les bulletins de paie stockés dans des coffres forts électroniques, les dossiers RH des salariés accessibles depuis les portails salariés, le transfert des documents et des déclarations avec les administrations et organismes de protection sociale…

Quelles précautions faut-il prendre lorsque l’on choisit une solution de gestion de la paie et des ressources humaines en mode SaaS ?

En premier lieu, il convient de s’assurer de la qualité de l’hébergement chez un professionnel avec toutes les garanties de protection d’accès et de confidentialité. Il est impératif en particulier de connaître le ou les lieux d’hébergement, ce qui ne serait pas le cas avec l’utilisation d’un fournisseur de ressources « cloud ».

Il faut également s’assurer qu’il s’agit bien d’une application mutualisée en temps réel (full web), avec mise à jour au fil de l’eau (pas de versioning).

Une société qui prévoit de changer de solution de gestion doit donc valider, au-delà des spécifications présentées par les prestataires, les aspects fonctionnels de sa future solution.
Il peut ainsi être utile d’obtenir les réponses aux questions suivantes :

  • Où et comment les données seront-elles hébergées ?
  • Les calculs seront-ils effectués en temps réel ou en différé ?
  • Les mises à jour de la solution seront-elles payantes ?

A propos d’e-Paye
e-Paye
, société du Groupe SVP, propose des solutions en mode SaaS temps réel (e-Space, e-Safe, e-Paye externalisée ou e-Paye accompagnée, e-Congés…) pour gérer les payes et l’ensemble des RH (gestion des congés, portail salarié, dématérialisation, SIRH…) avec un service d’information juridique illimitée. Basée sur une technologie unique et mutualisée, e-Paye fournit des solutions novatrices et sûres pour la gestion des payes et des ressources humaines, adaptées à tous les profils de sociétés : TPE, PME ou ETI. Elle s’adresse également aux cabinets d’experts comptables gérant les dossiers paye de leurs clients, souvent nombreux et diversifiés.
www.e-paye.com

A lire sur le même sujet :

Billet de blog sponsorisé

1914

Article lu 1914 fois au total.
Article lu 0 fois aujourd'hui.
Article lu 30 fois ce mois-ci.
Article lu 620 fois cette année.

Holy-Dis présente Timesquare® On Demand pour externaliser la planification sous contraintes #infographie

LogoHolyDis

Holy-Dis démocratise le Workforce Management pour les centres d’appels avec sa nouvelle offre en mode SaaS : Timesquare® On Demand 

Holy-Dis étoffe son offre avec une solution de planification des effectifs à la carte et en mode SaaS : Timesquare® On Demand, accompagnée d’un nouveau service d’externalisation (infogérance) de toute ou partie de la production des plannings des agents.

L’optimisation des processus de planification et de gestion des RH est plus que jamais devenue un levier de compétitivité dans le secteur des centres d’appels qui concentre plus de 3 millions d’emplois en Europe continentale.

Une première en Europe : une nouvelle offre qui s’accompagne de services externalisés pour la planification dans les Centres d’appels. Fort de 25 ans d’expérience en conception logicielle, Holy-Dis possède un solide savoir-faire d’éditeur et assure l’intégration technique ainsi que la formation aux outils.

Timesquare® On Demand : une garantie de performance pour un ROI dès le premier mois

Holy-Dis met à la disposition des responsables d’équipe et des collaborateurs une suite logicielle directement accessible avec un navigateur web. Timesquare® On Demand est disponible 24h/24 et 7j/7 avec l’assurance d’un haut niveau de disponibilité et de sécurité des données.

A ce jour, il s’agit du meilleur compromis pour les Centres d’appels souhaitant adapter leurs coûts à leurs capacités tout en se donnant les moyens d’ajuster la production des plannings en enrayant notamment les périodes de sureffectif et sous-effectif. Des gains économiques et organisationnels sont alors possibles et dans le même temps l’adhésion des agents à la culture de l’entreprise est renforcée par la participation de ces derniers au processus. Tandis que les consommateurs sont de plus en plus exigeants, l’optimisation de la planification des agents apparaît comme un levier pour garantir une qualité de service adaptée. 

Holy-Dis garantit la confidentialité des données : les informations relatives à la gestion des temps, des plannings et des tâches ont un caractère hautement personnel. Pour répondre aux normes de sécurité les plus élevées des standards du marché, les données sont hébergées dans des datacenters de très haute performance situés en France.

Enfin, Timesquare® On Demand est une solution évolutive, ‘best of breed’ et réversible : elle s’intègre et communique automatiquement avec les autres briques logicielles des Systèmes d’informations ; la base personnalisée est restituée à l’issue de la période d’engagement.

Avec le mode SaaS, Timesquare® devient une application métier accessible à tous les Centres d’appels sans compromis sur la qualité de service, tant au niveau de l’hébergement que de la solution logicielle.

Timesquare® On Demand offre aux Centres d’appels, pour un loyer mensuel compétitif, un périmètre fonctionnel étendu et adapté à l’ensemble des contraintes qu’ils pourraient avoir à traiter pour planifier les équipes de téléacteurs tout en respectant mécaniquement la réglementation.

Holy-Dis décharge le Centre d’appels de ces tâches de planification, tant au niveau fonctionnel que technique, en lui donnant la possibilité de les externaliser

Holy-Dis va au-delà de l’innovation technologique et propose désormais son expertise aux Centres d’appels avec ses services d’externalisation, notamment pour les centres d’appels de taille intermédiaire (entre 10 et 300 personnes) qui ne disposent pas toujours d’une compétence interne de chargé de planification ou qui n’ont pas la taille suffisante pour recruter le profil adéquat.

La planification requérant de nombreuses compétences, il est parfois difficile et risqué pour les Centres d’appels de cette dimension de s’appuyer sur un seul collaborateur doté de l’expertise nécessaire, qu’il sera par ailleurs difficile de fidéliser.

Dans le cadre de cette externalisation, l’éditeur propose 3 niveaux d’intervention gradués en fonction de la dimension et des ressources internes du centre d’appels. Conçue comme un service d’outsourcing de la planification, cette externalisation de la planification peut aussi être envisagée de manière ponctuelle (pour des cas d’absence de courte, moyenne ou longue durée du responsable : longue maladie, formation, congé sabbatique, détachement, etc.).

L’interactivité de la plateforme SaaS de Timesquare® On Demand permet au client et au prestataire de garantir une collaboration fluide dans le cadre du processus de planification et cela, quel que soit le niveau d’externalisation.

Au-delà du simple mode SaaS, Holy-Dis propose donc dès à présent une nouvelle formule modulaire – « WFM – Externalisation » qui s’adapte à toutes les entreprises en fonction de leurs besoins.

Les Centres d’appels, un secteur-clef sous haute tension

D’après l’European Contact Center Benchmark 2012, le secteur des Centres d’appels concentre aujourd’hui environ 1 % de la population active en Europe continentale, soit l’équivalent de 3,2 M de personnes salariées à temps plein au sein de plus de 35 000 structures.

Même si le secteur affiche une croissance annuelle moyenne de 4,5 % en nombre d’emplois, l’activité « Centres d’appels » reste très hétérogène en Europe. La palme d’or revient aux pays d’Europe centrale et orientale (PECO) avec une croissance à deux chiffres. Internes ou externalisés, les Centres d’appels doivent donc faire face à une forte pression concurrentielle, et au sein des pays où le marché est en croissance ou à maturité, les marges de manœuvre sont réduites pour améliorer la compétitivité.

Avec une masse salariale représentant en moyenne plus de 65 % de leurs coûts, les Centres d’appels se doivent d’optimiser leur planification des effectifs pour couvrir au mieux les besoins des différentes activités tout en maintenant leur qualité de service aux clients.

Planification optimisée (dite ‘sous contraintes’) des ressources humaines ou Workforce Management (WFM)

La planification optimisée (dite ‘sous contraintes’) des ressources humaines ou Workforce Management (WFM) est donc au centre des priorités de gestion des plateformes téléphoniques alors que le taux d’équipement en solutions de WFM est estimé à moins de 10 % en Europe. Ce faible taux de couverture est en partie expliqué par le fait que la majorité des Centres d’appels de taille intermédiaire dispose de 10 à 300 positions – pour une taille médiane de 46 positions.

Pour ces structures, il est ainsi difficile d’engager une ligne budgétaire à la hauteur des licences sur les solutions déjà présentes sur le marché mais disposant pourtant du périmètre fonctionnel adapté. Afin d’améliorer son offre et proposer plus de flexibilité aux Centres d’appels de taille intermédiaire, Holy-Dis accompagne leur entrée dans l’ère du Cloud Computing et décline aujourd’hui sa solution de WFM, Timesquare®, au format SaaS.

Le mode Software as a Service (SaaS) : une plateforme de WFM plus adaptée aux attentes des Centres d’appels

Dans un environnement complexe, les acteurs de la Relation Clients doivent se conformer à la fois aux exigences des directions internes (Marketing, Commerciale, Financière, Ressources Humaines…) et de leurs clients pour délivrer rapidement des services de qualité. C’est pourquoi les Centres d’appels doivent maintenir un niveau de compétence élevé dans leur maîtrise de la planification optimisée des ressources humaines (WFM).

Conscientes de ces enjeux cruciaux pour les Centres d’appels de taille intermédiaire, les équipes Holy-Dis s’efforcent de développer les outils adaptés à l’évolution du secteur – voir les livres blancs Holy-Dis ci-contre. Pour plus de souplesse, Timesquare® est donc dès à présent décliné en mode SaaS afin de permettre aux petites et moyennes structures d’accéder à une application métier spécifique et collaborative sans devoir investir dans un achat de licence.

Dématérialisée, elle est accessible depuis un portail dédié ; la maintenance et les mises à jour sont incluses dans un abonnement mensuel fixe et tout compris.

Adapté à la taille de l’entreprise, le modèle de tarification « à la personne planifiée » se rapproche de celui de certaines solutions RH du type paie.

Retrouvez l’infographie de la nouvelle offre : Timesquare® On Demand

1380

Article lu 1380 fois au total.
Article lu 0 fois aujourd'hui.
Article lu 22 fois ce mois-ci.
Article lu 508 fois cette année.

Hymne au Best Of Breed #RH

200-200-SpotPink-Copie.jpg

440 éditeurs référencés proposent 650 solutions RH

Le CXP, cabinet européen indépendant d’analyse et de conseil en solutions logicielles pour l’entreprise et ses métiers, référence depuis bientôt 40 ans les acteurs et les solutions ou prestations de services informatisées. Dans le domaine RH, 440 éditeurs sont référencés. Ils représentent presque 20% du marché global. Ces  éditeurs produisent 650 solutions RH, dont environ 85% ne couvrent pas la paie, mais des fonctionnalités telles que : gestion des temps, recrutement, formation, développement du personnel et gestion des talents, analyse des rémunérations… On parle souvent à leur égard  de solutions « best of breed ». Pour en savoir plus.

Exemples d’acteurs de Best Of Breed :

Aragon-eRH, Eurécia, Bodet, Primobox, DiagoNos, Neeva, TalentSoft, quarksUp, Taleo, SuccessFactors, Foederis, Training Orchestra, SilkRoad, Cornerstone

Best of Breed : définition, historique, raison d’être et finalité

« Best of Breed » est une expression qui qualifie une solution logicielle dont les fonctionnalités, la technologie et le mode de consommation sont censés faire d’elle « la meilleure de sa catégorie ».

Dans un monde de plus en plus connecté où la collaboration est immanquablement visée, les technologies légères, agiles, simples mais suffisamment complètes, ergonomiques et modernes sont recherchées et plébiscitées par tous les types d’utilisateurs finaux. Les premières solutions logicielles de gestion estampillées « Best of Breed » font leur apparition au début des années 2000 avec les débuts du mode SaaS qui optimise alors l’accomplissement des processus et la délivrance des fonctionnalités, dans une optique web, via Internet, en opposition au mode d’accès sous la forme d’une licence et d’une architecture client/serveur.

Les « Best of Breed RH » connaissent, avec les phénomènes SaaS, Cloud et Internet, un développement fulgurant d’une part, parce qu’ils offrent, dans leur(s) domaine(s) d’expertise, une complétude fonctionnelle différenciatrice par rapport aux autres outils plus généralistes et intégrés et d’autre part, parce qu’ils permettent la mobiquité (contraction de 2 attentes prégnantes de la part des consommateurs d’Internet aujourd’hui : l’ubiquitié et la mobilité).

Le DSI autrefois chef d’orchestre du benchmarking, du choix et du déploiement de systèmes informatiques dits « lourds » de type « tout intégré » tels que les ERP doit dorénavant résoudre en partenariat avec le DRH l’équation suivante « ouvrir à tous et offrir aux professionnels une solution permettant une expérience fonctionnelle toujours plus riche, en parfaite adéquation avec leurs attentes et besoins métiers, à un coût raisonnable et ajustable, dans le respect des prérequis de sécurité et de fiabilité ».

Les objectifs métiers et les processus RH concernés par le « Best of Breed »

Chaque Best of Breed a été conçu pour exceller dans un ou plusieurs des domaines et objectifs de gestion des ressources humaines suivants :

1. gestion des équipes, planning et activités, pilotage des plans d’actions,
2. gestion administrative, logistique et financière de la formation,
3. prévention des risques, sécurité et santé au travail,
4. gestion des temps, congés et absences, gestion des notes de frais, gestion des organigrammes,
5. gestion du recrutement,
6. management des compétences, emplois et plan de progression, gestion des habilitations, permis et certificats,
7. gestion documentaire et gestion déclarative des données administratives et sociales (document unique, bilan social, 2483, N4DS…),
8. gestion des paies particulières (intérimaires, intermittents du spectacle…).

Les processus RH sont gérés et optimisés par les « Best of Breed » dans les objectifs suivants :

  • offrir aux opérationnels, managers et top managers les informations dont ils ont besoin : connaître, maîtriser, réduire les écarts entre la situation passée ou actuelle de l’entreprise et la cible prévisionnelle en matière de gestion des emplois, compétences, formations, masse salariale, planning, activités…
  • offrir aux collaborateurs des outils plus accessibles, mieux connectés, interfacés et mis à jour en temps réel qui permettent plus de transparence, d’implication et d’interactions : accessibles depuis n’importe quel poste ou périphérique mobile connecté à Internet, la consultation, mise à jour et le partage des données avec managers ou opérationnels RH s’effectue en mode ATAWAD (Any Time, Any Where, Any Device).
  • favoriser l’échange, le partage et le dialogue entre les collaborateurs, les RH et les managers : nativement conçus pour fonctionner en mode web
  • moderniser les outils et processus RH gérés grâce à des outils qui ont évolué au rythme des avancées technologiques et nouveaux modes de travail et de collaboration.

Les bénéfices pour les entreprises

Les professionnels RH et managers utilisent ces solutions pour mettre en œuvre une gestion plus moderne, exhaustive et performante des ressources humaines dans les domaines du recrutement, de la formation, des emplois, des compétences, des carrières…
Du point de vue de la technologie, ces outils RH sont aujourd’hui de plus en plus indissociables d’une philosophie Cloud et ces systèmes de gestion visent à permettre l’exploitation des informations clés indispensables au reporting RH et au pilotage social.

Les Best of Breed sont généralement aussi caractérisés par :

  1. une interopérabilité avec les autres systèmes de gestion comme prérequis de fonctionnement, avec des interfaces automatiques, fluides et transparentes pour l’utilisateur qui lui permettent de disposer d’une base de données à jour en temps réel.
  2. une profondeur fonctionnelle supérieure à celles des autres outils du marché,
  3. un déploiement facilité et une mise en production dans des délais très courts y compris pour les organisations complexes (3 semaines en moyenne pour plusieurs milliers de salariés répartis sur plusieurs sociétés et plusieurs dizaines d’établissements).
  4. une expérience utilisateur jugée facile, intuitive, conviviale et exhaustive.
  5. de nouveaux modes de consommation de l’informatique (NAU) : Nothing to install – Automatic Backups – Upgrades free

Vos commentaires ou questions sont bienvenues.

* indique un champ requis
1088

Article lu 1088 fois au total.
Article lu 0 fois aujourd'hui.
Article lu 40 fois ce mois-ci.
Article lu 507 fois cette année.

Le Talent Management : un marché qui se concentre et un challenger qui s’installe

silkroad-logo

Tandis que la frénésie des acquisitions se poursuit sur le marché des logiciels d’entreprise et plus particulièrement sur celui des best of breed du Talent Management (rappelons l’achat de SuccessFactors par SAP, de JobPartners par Taleo, de Taleo par Oracle et de RFlex par TalentSoft), un nouvel acteur émerge sur le marché Européen.

Un déjeuner de “presse” a été organisé par SilkRoad Technology le 07/02/2012. José Diz que j’ai eu le plaisir de rencontrer à cette occasion vient de publier ce très bon article que je vous invite à lire sur http://dsi.silicon.fr => “Cloud RH : SilkRoad s’installe confortablement en Europe“.

Cet évènement fut l’occasion pour Didier Bichon, Vice-Président Exécutif EMEA de SilkRoad Technology d’effectuer un bilan de l’année 2011.

Source http://dsi.silicon.fr/wp-content/uploads/2012/02/didierbichonsilkroad.jpg

En charge d’une équipe d’une vingtaine de personnes réparties sur 3 bureaux : France, Royaume-Uni, Allemagne celui-ci a déclaré :

« Mon ambition est d’insuffler la même dynamique de développement au niveau européen que celle réalisée en France en 2011, afin d’imposer SilkRoad technology comme l’un des principaux fournisseurs de solutions de gestion des talents en Europe ».

Créée en 2003 aux USA par Andrew Filipowski, spécialisée sur le marché des entreprises de 250 à 5.000 salariés, SilkRoad Technology compte aujourd’hui 2.000 clients dans le monde et désormais 20 en Europe.

2011 l’année de la conquête des entreprises françaises

« Depuis l’ouverture du bureau local, SilkRoad technology a conclu des projets avec douze entreprises françaises, de toutes tailles et opérant dans divers secteurs d’activité – dont Bureau Veritas, L’Oréal, Randstad, Aldata, Cegedim, Hi-Media, Safran-Aircelle ou encore Plastipak – soit en moyenne un nouveau contrat signé par mois », indique Didier Bichon, Vice-Président EMEA de SilkRoad technology.

Les projets ont porté sur chacune des trois solutions de l’éditeur commercialisées au cours de l’année écoulée dans l’Hexagone :

  • OpenHire pour le recrutement qui présente l’atouts majeur de l’intégration gratuite (grace à un accord mondial) de BroadBean, sans surcoût contrairement aux solutions concurrentes. Une annonce peut ainsi être multipostée sur les sites de recrutements choisis par l’entreprise (LinkedIn, Facebook, Twitter).
  • RedCarpet pour l’intégration des nouveaux collaborateurs (solution inédite en France dédiée aux processus de onboarding et qui peut-être déployée de façon indépendante à la solution de recrutement, contrairement à Taleo).
  • WingSpan pour la gestion de la performance et des carrières, qui combine définition d’objectifs SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes et Temporellement définis), évaluations, évolution de carrière et intégration avec le SIRH.

SilkRoad technology doit ces succès à l’adéquation de son offre The Life Suite avec les enjeux de recrutement et de développement des compétences des collaborateurs.

Pour 2012, SilkRoad technology s’apprête à explorer un nouvel enjeu : permettre aux entreprises d’élaborer une cartographie “sociale” des savoirs, compétences et aptitudes. L’objectif est de valoriser les collaborateurs influents, les relais d’informations et la contribution de chacun à la productivité, l’innovation et la collaboration globale.

« Notre offre SilkRoad Point, totalement inédite en France, combine réseau social d’entreprise, collaboration, sphères d’influence et gestion des talents pour répondre à ce besoin. Son avance technologique avérée lui vaut d’être sélectionnée par Netexplo pour son Palmarès 2012 qui sera annoncé à l’Unesco à Paris, dans le cadre de Netexplo Forum le 15 mars prochain », poursuit Didier Bichon.

SilkRoad Point, solution innovante de réseau social d’entreprise (disponible au 1er trimestre 2012) est intégrée à la suite de gestion des talents “The Life Suite”. Elle vise à permettre à l’entreprise et à ses collaborateurs d’être connectés, de partager l’information, de faire partie de groupes d’intérêt commun et de découvrir les sphères d’influence dans l’organisation.

Des choix technologiques payants

Les technologies retenues par SilkRoad technology ont également contribué à son succès :

  • Les fonctionnalités de The Life Suite sont toutes accessibles depuis une interface unique, ce qui facilite le travail au quotidien des équipes RH qui n’ont plus besoin de naviguer entre plusieurs applications distinctes.
  • La convivialité des solutions les rend faciles à utiliser et moins d’une journée de formation suffit pour savoir utiliser ses principales fonctions.
  • La disponibilité en mode SaaS répond à une attente des DRH et directions métier qui veulent pouvoir utiliser leurs applications sans nécessiter l’intervention des équipes informatiques.
  • La possibilité pour l’entreprise d’opter pour le système de signature électronique E-Verify ou encore son propre tiers de confiance.

Au-delà du fournisseur de technologies, un acteur de l’écosystème des RH

Les équipes de SilkRoad technology se sont fortement impliquées auprès des professionnels RH. Parmi les initiatives menées en 2011 :

  • la rédaction de livres blancs  (sur le onboarding,  l’individualisation des RH, les réseaux sociaux…),
  • la contribution à des ouvrages pédagogiques (Frédéric Bastok, DirecteurTechnique Europe est l’auteur du chapitre 5 du livre “SIRH : Enjeux, projets et bonnes pratiques”, coordonné par le Cercle SIRH et paru aux éditions Vuibert),
  • l’organisation de conférences-débats réunissant des chercheurs ou experts reconnus (Delphine Lacaze, Gaël Sliman, Francis Boyer…) et abordant les questions de définition des talents, d’identification des talents au sein des équipes, de valorisation, de génération Y, de rôle des managers, etc.
  • l’intervention dans des cycles de formation initiale avec une première concrétisation dans le cadre du Master RH de la Rouen Business School où Didier Bichon est intervenu devant les étudiants.

Autres articles sur ce blog sur SilkRoad Technology

793

Article lu 793 fois au total.
Article lu 1 fois aujourd'hui.
Article lu 30 fois ce mois-ci.
Article lu 305 fois cette année.

Et après l’entretien ? Une pratique au service du candidat et du recruteur

Green RSS reader

  • Tous (ou presque) les éditeurs de solutions de Gestion des Ressources Humaines vous diront qu’ils ont prévu des fonctionnalités de gestion des “entretiens professionnels d’appréciation” dont la fréquence est au maximum de 12 mois.
  • Certains Best Of Breed de gestion du recrutement vous diront qu’ils ont prévu les fonctionnalités qui vous faciliteront le sourcing et la sélection des candidats à recevoir en entretien de recrutement.
  • La plupart des entreprises ont recours à la pratique des entretiens de recrutement en relation duelle au cours de leur processus d’embauche.

Le hic est… Que personne n’a encore sauf erreur de ma part, media social 2.0, best of breed ou entreprise, encore prévu la mise à disposition des candidats reçus d’une page Internet permettant la saisie en ligne du compte-rendu de son entretien de recrutement passé la veille ou le jour même. Pourquoi ? Je n’explique pas ce phénomène. Pourquoi ne pas l’avoir encore prévu ou bien pourquoi le prévoir ?

Je vais tâcher de répondre à la seconde question.

Pourquoi prévoir la possibilité humaine et/ou technologique de retranscrire et envoyer un compte-rendu d’entretien de recrutement ?

  1. les paroles s’envolent mais les écrits restent,
  2. le recruteur, après avoir sélectionné puis reçu en entretien, plus d’une dizaine de personnes différentes qui postulent pour le même poste, cherche à mémoriser et restituer ce qui différencie chacun d’eux,
  3. la candidat tout comme le recruteur ont tout intérêt à s’assurer d’une bonne compréhension mutuelle qui laisse présager une future collaboration efficace,
  4. les promesses orales ne tiennent pas face à un engagement écrit conjointement validé,
  5. le candidat a tout intérêt à faire la démonstration de ses capacités de compréhension, synthèse, restitution,
  6. les différentes parties ont tout à gagner d’éclaircir les points laissés en suspens ou non abordés lors de l’entretien (pour des raisons de temps ou de délégation du processus de décision),
  7. les propos évoqués et les décisions prises lors de ce premier contact marqueront définitivement les engagements que chacun est en mesure de prendre,
  8. selon moi le document intitulé compte-rendu d’entretien rédigé par le candidat à l’issue d’un rendez-vous avec le recruteur est bien plus efficace que toutes les lettres de motivation que l’on pourra rédiger avant un échange sur le contexte et les missions du poste à pourvoir,
  9. Etc.

Pendant mes études de psychologie, tous mes professeurs de psychologie sociale appliquée ont insisté sur le fait, qu’exigé ou non du recruteur, le compte-rendu de l’entretien d’embauche devait être rédigé et proposé par le candidat. Je me suis toujours pliée à cette règle et celle-ci m’a servi. J’ai une culture de l’écrit qui m’a rendu bien des services au cours de ces 15 dernières années.

Et maintenant, sur le sujet des lettres de motivation, je ne peux m’empêcher de vous orienter vers cet article “Lettres de non motivation de Julien Prévieux”.

1582

Article lu 1582 fois au total.
Article lu 0 fois aujourd'hui.
Article lu 48 fois ce mois-ci.
Article lu 537 fois cette année.

Recevez les voeux 2011 du cabinet ACT-ON

1428_001

851

Article lu 851 fois au total.
Article lu 0 fois aujourd'hui.
Article lu 38 fois ce mois-ci.
Article lu 349 fois cette année.

ACT-ON recrute des Consultant(e)s Paie GTA GRH & SIRH (AMOA & AMOE)

Dans le cadre d’une croissance soutenue, pour renforcer ses équipes de consultants et satisfaire la demande de ses clients, le cabinet de conseil RH & SIRH ACT-ON recrute des Consultant(e)s Paie GTA GRH & SIRH (AMOA & AMOE).

Postulez en 2 étapes (10 minutes) :

  1. Référencez-vous dans la Profil-Thèque du cabinet :

    http://bit.ly/cUbPCq

  2. Envoyez par mail votre CV (au format word) à l’adresse suivante :
    recrutement@actongroup.com

Vous souhaitez vous investir dans des projets diversifiés et d’envergure ?
Rejoignez ACT-ON et partagez nos valeurs : indépendance morale et capitalistique, dynamisme, pragmatisme, ambition, expertise collective métier tant fonctionnelle que technique.

Ensemble, développons votre talent et notre succès !

A propos d’ACT-ON

ACT-ON, cabinet de conseil RH & SIRH totalement indépendant, créé en 2001, met son expertise métier au service des objectifs des DRH et des DSI.
Son chiffre d’affaires (9,8 M€) reflète un développement fidèle au projet initial : être un acteur majeur de la prestation de conseil et de services en ressources humaines.
Avec 90 consultants, dont plus de 90% justifient d’au moins 10 ans d’expérience, ACT-ON est reconnu pour sa double expertise en Maîtrise d’Ouvrage et en Maîtrise d’Œuvre et compte plus de 450 références tant dans le secteur public que dans le privé.
Les savoir-faire d’ACT-ON, pragmatiques et opérationnels ont trait d’une part, à l’optimisation des processus organisationnels et des métiers des ressources humaines et d’autre part, aux projets de choix, de déploiement ou de transformation du SIRH.
ACT-ON intervient sur l’ensemble du périmètre de la gestion des ressources humaines (Paie, GA, GTA, GRH) et adresse toute problématique autour des solutions :
  • SIRH, de type intégrées ou externalisées (HR Access, SAP, PeopleSoft, ADP, Meta4, Pléïades, Cegedim, Cegid…),
  • dédiées GTA (Horoquartz, ChronoGestor, Gestor.net, AR Chronos, Equitime, Octime…),
  • dites de gestion des talents.

1112

Article lu 1112 fois au total.
Article lu 0 fois aujourd'hui.
Article lu 26 fois ce mois-ci.
Article lu 399 fois cette année.

SIRH rime avec innovations et dématérialisation

JournalNet

Le dossier réalisé par Dominique FILIPPONE, Journal du Net, publié le 27/10/2010 est structuré de la façon suivante :

Stratégiques pour les grands comptes, les Systèmes d’Information Ressources Humaines font le plein d’innovations. Coffre-fort numérique, SaaS et portail RH 2.0 arrivent en force.

Vous y lirez notamment :

“En matière de SIRH, les entreprises sont dans une approche best of breed aujourd’hui” (Hervé Brunner – SIRH Conseils)

Alors qu’au début des années 2000, éditeurs et intégrateurs proposaient beaucoup d’offres SIRH complètes couvrant un large éventail de briques fonctionnelles (gestion des temps et des activités, administration, paye, recrutements, formation…), ce n’est plus tant le cas aujourd’hui.

La crise n’est bien sûre pas étrangère à cette situation. Dans un marché des SIRH atone en 2009 d’1,6 milliard d’euros selon PAC, les projets SIRH, qui ciblent davantage les grandes entreprises que les TPE/PME (pour lesquelles un SIRH n’aurait pas beaucoup de sens), coûtent tout d’abord cher.

Les applications et services RH en mode SaaS émergent depuis plusieurs années mais l’engouement des entreprises pour les applications RH en mode SaaS est loin d’être homogène en fonction des briques fonctionnelles concernées.

Alors que 54% des solutions de gestion des temps sont en mode client-serveur, la proportion passe à seulement 33% pour la gestion de la formation et seulement 3% pour le recrutement.

Le mode Web commence à s’imposer par rapport aux architectures client-serveur mais pas dans tous les processus RH qui composent le SIRH.

Balbutiante il y a encore 2/3 ans, la dématérialisation de tout ou partie des services RH commencerait à émerger dans les entreprises. Et toujours, sans surprise, principalement dans les grands comptes. Un développement rendu possible par la mise en place d’un coffre-fort numérique et la levée de plusieurs freins tant au niveau de la DSI que des fonctionnels RH.

628

Article lu 628 fois au total.
Article lu 0 fois aujourd'hui.
Article lu 29 fois ce mois-ci.
Article lu 300 fois cette année.

Get Adobe Flash player