Gif-Detox-digitale

Solutions digitales en faveur du bien-être au travail : téléchargez le rapport BE.DIGIT 2019 !

Logo Prix BE.DIGIT 2019Téléchargez le rapport BE.DIGIT 2019 !

L’heure est venue de présenter les résultats de la première édition des Prix BE.DIGIT, comme annoncé dans les articles précédemment publiés :

Genèse du projet BE.DIGIT

Le travail mené a pour intérêt de mettre en avant les plateformes et applications mobiles au service du bien-être au travail ayant un réel intérêt du point de vue psychologique. Au travers des différentes investigations réalisées pour identifier ces solutions digitales, les membres du jury ont découvert que certaines d’entre elles n’ont pas vraiment pour but l’amélioration du bien-être au travail ou tout du moins ne montrent pas un lien de cause à effet entre prestation proposée et amélioration effective du niveau de bien-être au travail des salariés. Pire, ils ont pu constater des manquements graves à la déontologie du fait qu’elles présentaient des risques directs pour la santé mentale. Ce constat les a déterminés à aller plus loin en mettant en œuvre le présent projet pour conseiller voire alerter les gestionnaires d’entreprise désireux d’utiliser les solutions et services des prestataires disponibles sur le marché.

Les solutions ciblées et nominées

Pour mener à bien la première édition des Prix BE.DIGIT, Carole Blancot, Pierre-Eric Sutter et Céline Couret ont tout d’abord ciblé une cinquantaine de solutions qui indiquaient s’occuper de bien-être au travail et/ou de QVT. Après en avoir écarté une petite trentaine qui n’entraient pas dans le cadre du bien-être entendu comme santé mentale positive, ils se sont rapprochés de vingt et un acteurs présentant des informations laissant supposer qu’ils s’occupent de santé mentale positive. Ces acteurs ont été sélectionnés car ils s’affichaient publiquement comme proposant une solution visant l’évaluation et/ou l’amélioration du bien-être des salariés. Ensuite, un jury composé de 5 personnes a été constitué pour objectiver le processus d’évaluation avec des chercheurs.

À la mi-octobre 2018, les acteurs ciblés ont ainsi eu le choix de candidater soit, en répondant au questionnaire accessible en ligne via un code, soit en répondant sous la forme d’un Powerpoint, soit en faisant les deux. Il leur a également été précisé qu’en 2019, une cérémonie de remise de trophées allait avoir lieu pour récompenser les meilleurs acteurs dans les catégories décidées pour l’édition 2019. Celle-ci s’est tenue le 12/07/2019 au Pavillon de l’eau de Paris après le Tribunal des Flagrants Délires RH sur le thème de la qualité de vie au travail.

Le jury a appliqué individuellement la grille des 123 items à l’ensemble des solutions nominées. Puis, les évaluations individuelles ont été confrontées collectivement pour parvenir à un score moyen entre les membres du jury. La note obtenue dans chacun des blocs a ensuite été convertie, sur le principe des percentiles et quantiles, en un nombre d’étoiles (de 0 à 5).

Voici la liste finale des acteurs évalués par le jury : Bloom at Work, Bloomin, Calldoor, Moodwork, Motiva, Our Company, Wittyfit, Eurécia, Workwell et Octomine.

Les livrables

Un rapport de 98 pages contenant pour annexes :

  • La cartographie des solutions digitales d’évaluation et/ou d’amélioration du niveau de bien-être au travail (Cf. ci-dessous).
  • Cinq fiches de présentation détaillée des solutions lauréates dans les deux catégories.
  • Les radars individuels des trois solutions lauréates de la catégorie “Top solution” et le radar comparatif (Cf. ci-dessous).

Dans les premiers chapitres de ce rapport (première partie), il est procédé à des rappels d’ordre sémantiques et juridiques afin de poser le cadre dans lequel l’analyse s’est inscrite. Dans les chapitres de la deuxième partie sont détaillés les finalités du projet, la méthodologie utilisée pour l’étude des solutions, les résultats détaillés (toutes solutions nominées et tous blocs confondus), les solutions lauréates et le bilan.

Enfin, sont présentées en annexes la cartographie des solutions digitales d’évaluation et/ou d’amélioration du bien-être au travail (Cf. ci-dessous), les fiches de présentation des cinq solutions lauréates ainsi que les radars des trois solutions lauréates de la catégorie « Top solution ».

Une fiche individuelle de présentation a été élaborée pour chacune des cinq solutions lauréates. Sur celle-ci, on voit apparaître le logo de la solution et les noms des dirigeants ainsi que les trophées, labels et mentions s’il y a. On voit également les points forts et les points notés par le jury au regard des réponses apportées, un résumé des différents blocs, des indications sur l’expérience et l’interface utilisateur, ainsi que le commentaire du jury.

Rapport BE.DIGIT 2019

Télécharger la cartographie BE.DIGIT 2019 :

Cartographie BE DIGIT 2019

Télécharger le radar de trois solutions lauréates de l’édition 2019 des Prix BE.DIGIT :

Télécharger le radar de trois solutions lauréates de l’édition 2019 des Prix BE.DIGIT Télécharger le radar de Moodwork :

Télécharger le radar de Moodwork

Télécharger le radar de Wittyfit :

Télécharger le radar de Wittyfit

Télécharger le radar de Motiva

Télécharger le radar de Motiva

Acheter le rapport global d’analyse de solutions digitales d’évaluation et/ou d’amélioration du niveau de bien-être au travail :


Rapport d’analyse Prix BE.DIGIT 2019



Auteurs : Carole Blancot, Céline Couret, François Geuze, Sarah Mokaddem, Pierre-Eric Sutter
Nombre de pages : 98
Nombre de signes : 192 647
Format : PDF (8,4 Mo)
Pour citer ce rapport : Carole Blancot, Céline Couret, François Geuze, Sarah Mokaddem, Pierre-Eric Sutter (2019), « Rapport global d’analyse de solutions digitales d’évaluation et/ou d’amélioration du niveau de bien-être au travail », mars-lab, SpotPink.

Feuilleter un extrait du rapport :

Dans ce rapport, nous cherchons à répondre à la question suivante : « En quoi et comment les solutions évaluées mesurent-elles ce qu’elles prétendent mesurer (la QVT, le bien-être au travail) ? ». Ses objectifs, en synthèse, sont les suivants :

  • Analyser le marché et cartographier les solutions digitales françaises d’évaluation et/ou d’amélioration du niveau de bien-être au travail, grâce à un jury et à un audit :
    • indépendants de tous enjeux commerciaux (absence de conflit d’intérêt et aucune participation financière n’a été demandée aux candidats ou nominés, comme cela a déjà pu se voir de façon surprenante dans le passé) ;
    • s’appuyant sur une double approche scientifique et praticienne (avec un jury composé de cinq personnes) ;
    • en phase avec la déontologie en vigueur en matière de santé mentale.
  • Présenter aux utilisateurs (employeurs et salariés) desdites solutions les points forts et les limites actuelles de celles-ci (pour un usage éclairé). À l’aide des livrables produits, informer les utilisateurs des risques et des opportunités inhérentes aux différentes solutions analysées du marché – en toute objectivité – au regard de leur score obtenu aux critères scientifiques, nosographiques, déontologiques, technologiques et juridiques.
  • Récompenser, par des trophées, les solutions contribuant effectivement à l’évaluation et/ou à l’amélioration du bien-être au travail.

Bibliographie

  • Actu-environnement. (2019, 23 janvier). La justice reconnaît le caractère professionnel d’une pathologie liée à l’électrosensibilité. Récupéré 20 mai, 2019, de http://bit.ly/2Z4YfEC
  • Allard, C. (2016). Les désarrois de l’enfant numérique. Paris, France: Hermann.
  • Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact). (2013). Accord national interprofessionnel (ANI) sur la qualité de vie au travail du 19 juin 2013. Repéré à http://bit.ly/2WPnSMb
  • C. Amick III, I. Kawachi, E. H. Coakley, D. Lerner, S. Levine, G.A. Colditz (1998). Relationship of job strain and iso-strain to health status in a cohort of women in the United States.
  • Bakker, A. B., et Schaufeli, W. B. (2008). Comportement organisationnel positif : Des employés engagés dans des organisations florissantes. Journal of Organizational Behavior, 29, 147-154.
  • Baudelot C. & Gollac M. (2003). Travailler pour être heureux ? Le bonheur et le travail en France. Paris, France: Fayard.
  • Blancot, C. (dir.) et Caupenne, V. (2018). [Dossier] De l’éthique, des TIC et des TOCs. Paris, France: SpotPink.
  • Brangier, E., Lancry, A., & Louche, C. (2004, édition de 2011 libre de droits). Les dimensions humaines du travail. Théories et pratiques en psychologie du travail et des organisations. Nancy : PUN, 670p.
  • Cameron, K. et Spreitzer, G. (2011). Positive organizational scholarship (2e éd). Oxford,USA : Oxford University Press.
  • Centre interentreprises et artisanal de santé au travail (CIAMT), & Taghavi, L. (2012). Workaholisme. Enquête au sein d’une population de salariés parisiens. Références en santé au travail, (n°131), 33–39. Consulté sur http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=TF%20202
  • Coutrot, T. (2018). Travail et bien-être psychologique. L’apport de l’enquête CT-RPS 2016 (Dares, Rapport N°217, mars 2018). Consulté sur http://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/72533/1/DE_217.pdf
  • CNRTS (s.d). Travail : Définition de TRAVAIL. Récupéré 22 février, 2019, de http://www.cnrtl.fr/definition/travail
  • Crocq, M. A., Guelfi, J. D., & American Psychiatric Association. (2015). DSM-5: Manuel Diagnostique Et Statistique Des Troubles Mentaux (5ème éd.). Lonrai, France: Elsevier Masson.
  • Duron, Y., & Segal, Z. (2015). La motivation, une compétence qui se développe. Tours, France: Pearson.
  • Dylan Michot (2017, 1 décembre). [Les appareils mobiles ont-ils un effet sur la santé des utilisateurs ?]. Récupéré 20 mars, 2019, de https://www.spotpink.com/2017/12/01/appareils-mobiles-effet-sante-utilisateurs
  • E-RSE. (s.d.). Norme ISO 26000 et RSE : définition. Repéré à http://bit.ly/2ETQ8mG
  • E-RSE. (s.d.). RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) : définition – Qu’est-ce que la RSE ? Repéré à https://e-rse.net/definitions/rse-definition/#dfinitions-de-la-rse
  • Escande, P. (2055, 20 mars). La valeur du travail depuis l’Antiquité. Récupéré 22 février, 2019, de https://www.lemonde.fr/economie/article/2003/05/21/la-valeur-du-travail-depuis-l-antiquite_320993_3234.html
  • Hunt, M. G., Marx, R., Lipson, C., & Young, J. (2018). No More FOMO: Limiting Social Media Decreases Loneliness and Depression. Journal of Social and Clinical Psychology, 751-768.
  • Hyperconnexion : quel impact sur la santé des Français ? – Un sondage BVA pour la Fondation April – BVA Group. (2018, 26 juin). Récupéré 3 septembre, 2018, de http://bit.ly/2WQa44e
  • (2018, 29 mars). “Mon mobile et ma santé” : le guide 2016 est en ligne ! – Fédération Française des Télécoms. Récupéré 20 mai, 2019, de http://bit.ly/2XwgFOa
  • Le Figaro. (2018, 12 septembre). Les programmes de bien-être au travail étrillés dans une étude. Récupéré 9 mai, 2019, de http://bit.ly/2JZiTm8
  • Le Monde. (2015, 27 août). Première reconnaissance d’un handicap dû à l’électrosensibilité en France. Récupéré 20 mai, 2019, de http://bit.ly/2I0whV3
  • (2018). Bien-être au travail. Repéré à http://www.inrs.fr/risques/bien-etre-travail/ce-qu-il-faut-retenir.html
  • INTERPHONE Study Group. (2010). Brain tumour risk in relation to mobile telephone use: results of the INTERPHONE international case-control study. International journal of epidemiology, 39(3), 675.
  • La Documentation française. (s.d.). Transformation numérique et vie au travail – Rapports publics – La Documentation française. Récupéré 20 mai, 2019, de http://bit.ly/2Io0Jr6
  • (2017). Code du travail : Chapitre Ier : Obligations de l’employeur. Repéré à http://bit.ly/2QRaB0i
  • Les Echos. (2018, 11 octobre). Électrosensibilité : un homme reconnu victime d’accident du travail. Récupéré 20 mai, 2019, de http://bit.ly/2ETM0Di
  • MailOnline, & Zolfagharifard, E. (2014, 23 août). Are smartphones making young people emotionally stunted? Récupéré 10 septembre, 2015, de https://dailym.ai/2WSfiw4
  • Meynaud, J., Jaccard, P. (1961). Histoire sociale du travail de l’antiquité à nos jours. In: Revue économique, volume 12, n°5, 1961. pp. 835-837.
  • Minkoue, L. P. (2018). Approche historique de la psychologie du travail [notes fournies dans le cours d’Approche historique], Université Paris Nanterre, Paris.
  • Morin, M. E. (2006). Donner un sens au travail. Récupéré 22 février, 2019, de http://docplayer.fr/docview/40/21773181/#file=/storage/40/21773181/21773181.pdf
  • Mauroux, A. (2018). Quels liens entre les usages professionnels des outils numériques et les conditions de travail ? DARES analyses, 029, 1-10.
  • Organisation mondiale de Santé. (2014). 10 faits sur la santé mentale. Repéré à https://www.who.int/features/factfiles/mental_health/fr
  • PWC Société d’avocats. Module 1 : Les métiers de DPO/Rôle et responsabilité [Notes fournies dans le cours de formation CNCP : 3105], Université de Technologie de Troyes, Paris, 29-30 novembre 2018.
  • PWC Société d’avocats. Module 3 : Les principes clés de la protection des données personnelles sur le plan juridique [Notes fournies dans le cours de formation CNCP : 3105], Université de Technologie de Troyes, Paris, 10-11 janvier 2019.
  • Rivais, R. (2005, 20 mars). La valeur du travail depuis l’Antiquité. Récupéré 7 février, 2018, de https://www.lemonde.fr/economie/article/2003/05/21/la-valeur-du-travail-depuis-l-antiquite_320993_3234.html
  • Serfaty, L. Hyperconnectés : le cerveau en surcharge [Film documentaire]. France: ARTE.
  • Sutter, P. E. (2019). Promouvoir le bien-être au travail (2nd éd.). Le Mans, France: Gereso.
  • Sutter, P. E. (2017). Promouvoir la santé mentale positive au travail. Le Mans, France: Gereso.
  • Sutter, P. E. (2016). Travailler sans s’épuiser. Paris, France: Eyrolles.
  • Sutter, P. E. (2013). Réinventer le sens de son travail. Paris, France: Odile Jacob.
  • Sutter, P. E. (2011). Le manager hiérarque – Y a-t-il un pilote dans l’organisation ?. Paris, France: Editea.
  • Talbot, L. S., McGlinchey, E. L., Kaplan, K. A., Dahl, R. E., & Harvey, A. G. (2010). Sleep deprivation in adolescents and adults: changes in affect. Emotion, 10(6), 831.
  • Tanis, M., Beukeboom, C. J., Hartmann, T., & Vermeulen, I. E. (2015). Phantom phone signals: An investigation into the prevalence and predictors of imagined cell phone signals. Computers in Human Behavior, 51, 356-362.
  • ViaVoice (2016, 14 décembre). L’observatoire entreprise et santé viavoice – Harmonie mutuelle. Repéré à http://www.institut-viavoice.com/l-observatoire-entreprise-et-sante-viavoice-harmonie-mutuelle
Carole Blancot À propos de Carole Blancot

Carole Blancot est conférencière, formatrice, co-auteure de plusieurs ouvrages, blogueuse, Psychosociologue clinicienne psychothérapeute (Numéro ADELI : 78 93 1059 6), IPRP (n°IDF/2018/34), Présidente de SpotPink (agence de communication pour les acteurs des domaines RH et SIRH), Directrice générale de NumUP et aussi DPO (le cumul des mandats n'étant pas proscrit lorsque l'on ne perçoit pas de rémunération en tant que fonctionnaire d'État). Elle intervient en entreprise notamment pour la négociation ainsi que la mise en application du droit à la déconnexion. Elle est co-auteure de 6 ouvrages spécialisés sur les médias sociaux et le Système d’Information en Ressources Humaines : - Guide du bon usage des outils numériques et de l'exercice de la déconnexion, Paris, Amazon, 2018, disponible aux formats Word (personnalisable), eBook Kindle et broché. - Barféty, Jean-Marc, Berthelot, Vincent, Clémentine, Daniel, Geuze, François, Just, Bernard, Lebarbenchon, Anne, Scouarnec, Aline, de Vulliod, Claire-Marie, Blancot, Carole (dir.), Gaspardo, Patrick (dir.), 20 années de SIRH et de services RH, Tampere, Atramenta, 2017, 229 p., disponible aux formats PDF, EPUB et broché. - Le cercle SIRH, Le SIRH Enjeux, bonnes pratiques et innovation, Paris, Edition Vuibert, 2017 [3e éd.], 448 p. - Les ressources humaines numériques en 32 témoignages - RH, formation, marque employeur, mooc, Editions Kawa, 2015, 146 p. - La communication de crise à l'heure des médias sociaux, Editions Atramenta, 2012, 100 p., disponible aux formats PDF, EPUB et broché. - Inondé sous les e-mails, résistez !, Edition Hachette Pratique, Février 2013, 224 p. Elle a (co)réalisé en 2015 la première étude portant sur le phénomène du FoMO et sur le niveau de dépendance des Français vis-à-vis des médias sociaux. Twitter : @CaroleBlancot

Exprimez-vous !

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: